Les États-Unis réussissent, leur première greffe du pénis

Cela devait bien arriver un jour, les progrès en matière de greffe évoluant sans cesse. Un homme de 64 ans, vient de bénéficier pour la toute première fois d’une greffe de pénis, réussie aux États-Unis.

 Cet homme avait perdu une grande partie de son pénis à cause d’une forme rare de cancer. Il vient de bénéficier de la première greffe d’un organe viril aux États-Unis. L’annonce a été faite par l’hôpital de Boston où a été effectuée l’intervention chirurgicale, qui a duré quinze heures.

 Ce n’est pas une première mondiale puisque la première réussie date de 2014, et a eu lieu en Afrique du Sud. Le pénis transplanté provient d’un donneur décédé dont le groupe sanguin et la couleur de la peau sont compatibles. Pour l’équipe de chirurgiens et médecins qui ont réalisé cette greffe, cette réussite est l’aboutissement de plus de trois ans d’entraînement, notamment sur des cadavres. L’important, cette fois, s’est de pouvoir dépasser le cadre de l’exploit, et d’imaginer comment peaufiner la technique de manière à pouvoir l’appliquer avec succès sur un plus grand nombre de personnes dont notamment des soldats blessés au combat.

 Concernant, le patient, Thomas Manning, c’est certainement une nouvelle vie qui commence pour lui. Cet employé de banque, qui a dû subir une ablation d’une grande partie de son pénis (il ne lui restait que 2,5 centimètres), a rappelé l’isolement social qu’engendre cette amputation, avec notamment une quasi-disparition des contacts avec les femmes.

 

Crédit photo : Service photo du département du Val de Marne

Laisser un commentaire