Les pays adeptes de la peine de mort en grande forme

Quelques nouvelles de la peine de mort dans le monde ? Il y a des hauts et des bas, dans son rapport annuel l’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty International, admet que la tendance mondiale sur le long terme est à l’abolition. Cependant, la peine capitale garde des fervents adeptes, et les exécutions de condamnés à mort ont bondi de plus de 50 % dans le monde l’année dernière, atteignant leur plus haut niveau depuis 1989.

Pour être plus précis, l’association recense « au moins 1 634 » exécutions dans le monde en 2015. Elles se répartissent dans 25 pays, et surtout dans 3 pays qui totalisent 89 % des exécutions. L’Iran avec au moins 977 exécutions, le Pakistan avec 326 et l’Arabie Saoudite avec au moins 158. Plus inquiétants dans ces pays, les procès qui ont abouti à ces sentences extrêmes sont souvent douteux dans leur régularité. En Arabie Saoudite, par exemple, la moitié des personnes exécutées depuis le milieu des années 1980 sont des étrangers, a précisé le directeur adjoint pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord chez Amnesty. « Ce sont généralement des travailleurs migrants (…) qui ne parlent pas l’arabe, et ont encore moins de chance d’avoir un procès équitable. »

Il faut, bien sûr rappeler que comme d’habitude, nous ne connaissons pas les chiffres de la Chine, car ce sont des « données » classées secret d’État. Selon Amnesty, ce sont des milliers de personnes qui seraient exécutées chaque année, la Chine reste encore certainement « le premier bourreau mondial ». Il ne faut pas oublier, toujours bien placé dans ce triste classement la quatrième place des États-Unis (28 exécutions).

Dans la série, les bonnes nouvelles de l’année, un bon point pour la République du Congo, les îles Fidji, Madagascar et le Suriname, qui ont aboli la peine capitale, si bien que le monde compte maintenant une majorité d’États abolitionnistes (102), relève Amnesty. L’organisation comptabilise un total de 140 pays dans le monde abolitionniste dans leur législation ou dans les faits, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas procédé à des exécutions au cours des dix dernières années.

Souvenons-nous tout de même que lorsque l’organisation a commencé ses actions contre la peine capitale, en 1977, seuls 16 pays l’avaient abolie.

Crédit photo : ID-EasyDoor

 

 

 

Laisser un commentaire