Programmation Hellfest : bras d’enfer entre la région et les organisateurs

Le bras de fer entre la Région et Ben Barbaud, directeur du Hellfest continue sur fond de déclaration, celui-ci a refusé de déprogrammer le groupe Down de l’affiche 2016. De son côté, la Région fait savoir qu’elle retire sa subvention de 20 000 € pour l’attribuer à d’autres  événements culturels.

 Bruno Retailleau, le président de la Région Pays de la Loire a réclamé que le groupe Down soit retiré de l’affiche 2016. Phil Anselmo, leader de la formation originaire de la Nouvelle-Orléans, a, il y a quelques semaines, effectué un salut nazi et tenu des propos racistes lors d’un concert.  Laurence Garnier, présidente de la commission culture à la Région a déclaré « je suis profondément choquée que Ben Barbaud refuse de déprogrammer Phil Anselmo, mais surtout qu’il considère que c’est « quelqu’un de bien ». Visiblement, nous n’avons pas les mêmes valeurs ni la même définition de quelqu’un de bien« .

Ben Barbaud, ne se veut pas impressionner, et déclare pour sa part « qu’ils gardent leur subvention de 20 000 € ». Il explique qu’Anselmo s’est excusé à plusieurs reprises. « C’est un provocateur qui joue les gros bras et qui perd pied quand il est ivre. Il a fait une énorme erreur. Mais des gens qui font des raccourcis populistes et qui disent des horreurs quand ils ont trois grammes d’alcool, on peut en trouver beaucoup, y compris en Vendée« . Il ne s’agit pas pour lui de cautionner quoi que ce soit au Hellfest et insiste sur le fait que la scène métal n’est ni raciste ni antisémite… Ben Barbaud regrette d’avoir appris la décision par communiqué de presse « un partenaire digne de ce nom aurait pris son téléphone pour en discuter avec moi et comprendre de quoi il s’agissait. On a reçu aucun appel. Ça se dit partenaire ? J’avais un rendez-vous fin janvier, mais ni Bruno Retailleau, ni Laurence Garnier ne comptaient me recevoir.

Ce n’est pas la première « prise de bec » entre la région et les organisateurs du festival qui voit dans cette polémique qu’un « prétexte ». L’actuelle responsable de la Culture au Conseil régional s’était déjà déclarée « choquée » par certains groupes programmés par le festival et, dénoncée des « paroles choquantes, violentes, d’incitation à la violence ».

Il faut bien avouer que Ben Barbaud sait aussi que devant l’ampleur de la polémique, la tournée du groupe pourrait être annulée et que de toute façon, la subvention, ne représente qu’une part relative dans un budget qui tourne autour de 16 millions d’euros.

Crédit photo :  Patatman

 

Laisser un commentaire