Wikipédia et le ministère de l’Intérieur : le bannissement d’une adresse IP ne passe pas inaperçu

Le ministère de l’Intérieur serait banni de Wikipédia. Cette nouvelle serait un « scoop » terrible, et une aubaine pour certain. Cependant, la réalité même si elle est intéressante, n’est pas aussi spectaculaire, n’en déplaise aux découvreurs de pratiques obscures.

Au départ, c’est une décision relativement banale pour les habitués de l’encyclopédie en ligne Wikipédia. Le blocage de ce compte après une série de violations des règles de l’encyclopédie collaborative aurait pu passer inaperçu si l’adresse IP n’était pas celle d’un ordinateur du ministère de l’Intérieur. La nouvelle a rapidement fait le tour d’Internet.

L’adresse IP, qui est partagée au sein du ministère (c’est-à-dire que plusieurs ordinateurs, et donc plusieurs personnes, peuvent l’utiliser concurremment) ne représente cependant pas la totalité des connexions depuis les services du ministère de l’Intérieur. Il existerait au total, 256 adresses possibles, soit 255 toujours libres d’accès. Il est donc faux de prétendre que l’ensemble du ministère a été  » banni  » de Wikipédia.

D’ailleurs, cette fois les motivations de la personne qui a frauduleusement utilisé cette adresse semblent plutôt technique et on pourrait même utiliser le mot de « troll » wikipédien accompli. Autrement dit, on s’oriente plus vers un employé, parmi d’autres, se laissant aller à un délassement trollesque pour tromper l’ennui plutôt que vers une vaste opération de propagande orchestrée par le ministère de l’Intérieur.

Cependant, il reste que cette histoire montre que du côté du ministère, il y a des choses à revoir (des personnes qui ont du temps à perdre). On se rappelle qu’en 2013 un fonctionnaire avait déjà utilisé un ordinateur du ministère pour modifier la fiche du préfet de police de l’époque, et effacer la trace de ses démêlés avec les opposants au mariage pour tous. Six modifications en trente minutes, qui avaient déjà attiré l’attention des administrateurs. Le compte incriminé avait été bloqué.

Que Wikipédia, malgré les efforts de ses 164 administrateurs des pages francophones, reste une magnifique base de données et de renseignements perfectibles et non pas la vérité incarnée (comme toute source d’information d’ailleurs).

Et surtout, il faut rappeler, que tous ceux qui cherchent à tout prix à démontrer leur vérité empêchent la « vérité » d’éclater, car à trop crier au loup, on finit par ne plus y croire…

Crédit photo :  Kristina Alexanderson

 

Laisser un commentaire