« Ziggy » est dans les étoiles

« Beau oui, comme Bowie » a écrit Gainsbourg, une vraie « star » vient de s’éteindre, une des pierres angulaires de la pop musique des années 70, et une figure pour le reste de l’éternité. Des milliers de tweets, des centaines d’articles, autant d’hommages et bien sûr, une cohorte de compilations, collectors, rareties et « autres entretiens avec » vont fleurir.

Cependant, combien arriveront à retrouver l’adresse, l’équilibre et le sens de l’innovation de cet artiste, toujours à la limite de l’underground et de la pleine lumière. L’artiste caméléon comme on se plaît à l’appeler venait de dévoiler son 25e et dernier album vendredi 8 janvier, soit le jour de ses 69 ans. Blackstar, son dernier opus construit sur une expérimentation à base de jazz montrait encore une fois sa capacité à surprendre et surtout à être capable d’aller encore et toujours ailleurs.

David Bowie, de son vrai nom David Jones est né en 1947 à Brixton, en Angleterre. Il débute comme un chanteur folk, mais évolue rapidement vers d’autres styles, n’hésitant pas à se moquer des conventions et maniant l’art de la provocation. En 1972, il devient le héros de toute une jeune génération en devenant Ziggy Stardust, un personnage fictif dans un concept album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars, il devient la figure de proue du Glam rock. A partir de là, il va réussir à se réinventer à chaque fois, là où beaucoup de cette génération vont se perdre ou disparaitre. Il sera même producteur pour d’autres (Iggy pop et Lou Reed peuvent lui dire merci).

Ses diverses collaborations avec Brian Eno (Roxy Music), Robert Fripp (King Crimson), et plus tard avec des personnes aussi diverses que le groupe Queen, Niles Rodgers lui permettent d’être toujours présent.

David Bowie sera un des premiers à briser un tabou en dévoilant sa bissexualité à une période où cela pouvait avoir des conséquences concrètes, il a estimé lui-même que cela lui a par exemple empêché de faire des choses dans une Amérique très puritaine.

Marié depuis plus de 22 ans avec Iman Mohamed Abdulmajid, une top-modèle d’origine somalienne, avec qui il a eu une fille prénommée Alexandria Zahra Jones, âgée de 15 ans. David Bowie a également un fils prénommé Duncan Jones, 44 ans, né de sa précédente union avec le mannequin Mary Angela Barnett.

Une génération vient d’être rattrapée par le temps qui passe…

Crédit photo :  Oscar Junior

 

Laisser un commentaire