Fin d’année au Japon, c’est la période reine des breuvages « anti-gueule de bois ».

Les fêtes de fin d’année sont au Japon comme partout l’occasion de soirées particulièrement arrosées. Cependant, c’est aussi l’occasion de mettre en évidence une grande spécialité japonaise, les breuvages « anti-gueule de bois ».

Le Japon offre une variété de boissons inégalées, et particulièrement étranges de boissons sensées vous permettre des lendemains qui chantent. En tête de gondole, on retrouve le « Ukon no Chikara » à base de curcuma, avec une version or, classique, et rose plutôt pour les femmes. Cette plante communément utilisée comme épice est censée avoir des vertus anti-oxydantes et anti-inflammatoires. Cependant, on trouve aussi des saveurs à la palourde, à la pastèque ou aux agrumes, ou même pour un mélange d’herbes, curcuma, ginseng et réglisse. Certains, préfèreront le lendemain, et déguster une soupe au miso (pâte de soja) ou des prunes rouges marinées pour retrouver la forme.

Loin d’être anecdotique, ce marché représente 162 millions d’euros en 2015, un chiffre conséquent bien qu’en déclin dans un archipel vieillissant. On peut désormais trouver des petites bouteilles de ces potions magiques dans les «konbini», supérettes ouvertes 24h/24h présentes partout dans les villes nippones. C’est plus simple que d’aller à la pharmacie.

Il faut dire que les soirées très fortement alcoolisées sont fréquentes au japon, cela donne lieu à des abus graves. Les entreprises japonaises, multiplient pourtant en cette période de fin d’année les conseils de modération. De nombreuses firmes appellent régulièrement à faire attention aux excès, par le biais de la messagerie interne ou de hauts-parleurs. Elles y sont poussées par les pouvoirs publics.

Cependant, la pression quotidienne du travail, dans la société japonaise accentue ces dérives. Les « izakaya », sorte de tavernes chaleureuses, se remplissent chaque soir de « salarymen », qu’on retrouve ensuite titubant dans la rue et dans le métro, au point que des messages mettent en garde contre une chute malencontreuse sur les rails.

En ce qui concerne les breuvages anti-gueule de bois, ils ne sont pas vraiment inquiets, ils ont encore de beaux jours devant eux.

Crédit photo : alexandre

Laisser un commentaire