Réélection sans surprise du président sortant du Bélarus

Au niveau du suspens, on a déjà fait beaucoup mieux.  Le président sortant du Bélarus depuis 21 ans, Alexandre Loukachenko, a été réélu pour un 5e mandat. Il a recueilli 83,49 % des voix. La victoire de celui qu’on surnomme « le dernier dictateur de l’Europe » a été facilité par l’absence au scrutin des principaux responsables de l’opposition.

Mr Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, obtient le score le plus élevé qu’il n’ait jamais eut. La commission électorale a indiqué que le taux de participation avait été de 86,75 %. Le candidat arrivé en deuxième position est Tatiana Korotkevitch, 38 ans, qui a obtenu 4,42 % des voix, a indiqué la commission électorale.

Cependant, aucun responsable important de l’opposition démocratique n’avait été autorisé à se présenter au scrutin, leurs candidatures ayant été rejetées par la commission électorale centrale pour diverses raisons.

Mr Loukachenko a multiplié les gestes de bonne volonté juste avant cette élection. Il a libéré les derniers prisonniers politiques du Bélarus, dont l’opposant numéro un Mikola Statkevitch, relâché fin août après cinq ans de prison. Celui-ci s’est dit convaincu que sa libération avait pour but d’amadouer les Occidentaux, Mr Statkevitch a appelé au maintien des sanctions, ce que Bruxelles étudie actuellement.

Le nouveau prix Nobel de littérature, l’écrivaine bélarusse Svetlana Alexievitch déclare, « tous les quatre ans, de nouveaux responsables européens viennent au pouvoir et pensent pouvoir régler le problème Loukachenko sans savoir qu’il est un homme indigne de confiance« . Elle décrit le régime comme une « dictature douce« .

Le dernier mot reste pour le président lui-même qui déclare « ici, le président a des tonnes de pouvoirs, allant de la sécurité à l’économie. Des pouvoirs qu’une personne portant une jupe ne peut pour le moment obtenir ».

On appréciera cette remarque qui en dit long sur le personnage.

Crédit photo : Elena S

Laisser un commentaire