L’Europe demande l’aide de l’armée dans la lutte contre les passeurs de migrants

L’Union européenne avait pris la décision ce lundi de faire appel à l’intervention de l’armée pour lutter contre les passeurs de migrants concernant l’opération navale « EU Navfor Med » en Méditerranée, selon les sources à Bruxelles.

Cette mesure devrait être applicable à partir de novembre, permettant aux navires de guerre de fouiller, de saisir tous les navires suspects. Ils ont également le droit de faire à des arrestations à condition de ne pas s’introduire dans les eaux territoriales de la Libye.

Les 28 États membres de l’UE se sont réunis lundi matin à l’occasion d’une réunion ministérielle à Bruxelles avaient jugé que « les conditions sont réunies » pour entamer la seconde phase de l’opération EU Navfor Med mise en place en juin en Méditerranée. Jusqu’à maintenant, l’opération ne portait que sur la surveillance des eaux internationales des réseaux criminels qui s’occupent chaque jour d’embarcations précaires transportant des migrants vers l’Italie à partir des côtes libyennes. L’opération a été appliquée dans différentes opérations de secours, permettant de sauver près de 1.500 personnes.

Pour cela, l’Europe a envisagé l’intervention de sept frégates supplémentaires, dont certaines disposent d’une installation médicale, mais également l’intervention d’hélicoptère, des sous-marins et des drones. EU Navfor Mer se baser sur les forces spéciales, les commandos marines pour dissuader les navires des passeurs, cette stratégie a fait ses preuves dans les opérations contre les narcotrafiquants.

Une réunion doit des états-majors de 28 pas de l’UE doit avoir lieu ce mercredi pour une mise au point de contributions de chaque état membre en homme et en matériel. Il n’est pas possible de lancer la seconde phase de l’opération avant octobre, vu qu’il faut encore adopter une série de textes juridiques.

crédit photo US NAVY

Laisser un commentaire