Chine: un article de 2011 avait « prédit la crise chinoise »

Les économistes Barry Eichengreen, Donghyun Park et Kwanho, ont publié une enquête dont le titre est « When Fast Growing Economies Slow Down: International Evidence and Implications for China » en mars 2011. Cette étude était basée sur la croissance rapide des marchés émergents vers la fin du XXe et au début du XXIe siècle, mais surtout sur la croissance que la Chine connait actuellement.

L’étude se concentrait sur la date d’un possible ralentissement du moteur chinois pour en présenter ses concluions: «Les statistiques suggèrent que les économies en croissance rapide connaissent un ralentissement significatif, au sens où leur taux de croissance diminue d’au moins 2 points, quand leur revenu par tête atteint environ 17.000 dollars en prix constants de 2005, un niveau que la Chine devrait atteindre aux alentours de 2015.»

Tiré d’un résumé de l’article que Matt O’brien du blog du Washington Post Wonkblog a tweeté, le week-end dernier. Elle semble prémonitoire si l’on analyse les évènements des dernières semaines, dominés par la dévaluation du Yuan, de mauvaises statistiques économiques et ainsi que les dégringolades des marchés financiers.

Les économistes se sont penchés sur les exemples d’évènement du monde entier. Ils ont révélé leur corrélation suite à une chute de la croissance de la productivité totale des facteurs de production de près de 3% ou à proximité de Zéro. Les ralentissements, selon eux, «coïncident avec le point dans le processus de croissance où il ne devient plus possible de doper la productivité en transférant davantage de travailleurs de l’agriculture à l’industrie et où les gains provenant de l’importation de technologies étrangères diminuent».

En se référant au résumé du livre, les ralentissements se produisent au moment où le revenu par tête augmentait autour de 17.000 dollars et quand l’industrie représentait près de 23% de la population active. Les pays ayant une population vieillissante et dont la monnaie est « fortement surévaluée » présentaient plus de risques de « connaître un ralentissement ».

crédit photo: Héctor Romero

Laisser un commentaire