Chine : dévaluation de 2 % du Yuan pour stimuler son économie

Les exportations du pays ont reculé de 8,3 % en juillet, pour pouvoir garder le rythme, la Chine a dévalué sa monnaie afin d’atteindre ses objectifs de croissance de 7 %.
La Chine avait dévalué de 2 % mardi, ramenant alors le taux à 6,2298 yuans pour 1 dollar, contre 6,1162 la veille. La Banque centrale chinoise a alors annoncé qu’elle avait procédé à « une nouvelle manière de calculer son taux pivot » et a procédé à sa plus forte réduction depuis 10 ans. Cette décision a créé des polémiques au niveau des économistes, car même si les autorités réfutent avoir manœuvré dans ce sens, les spécialistes affirment le contraire.
Jean Joseph Boillot, conseiller du centre de recherche français dans le domaine de l’économie internationale ( Cepii) qualifiait ce geste d’  « arme de dernier recours ». La décision de la BPOC sur l’ajustement intervient juste après le bilan de l’exportation qui avait reculé de (8,3 %) en juillet, et la dévaluation du yuan et la solution la plus simple pour booster son économie en plein ralentissement. « Peut-être ne restait-il plus que cet instrument conjoncturel aux autorités chinoises pour relancer l’économie ? » expliquait M Bouillot.
L’économie de la Chine est au ralenti, et la baisse du taux de référence est une alternative pour stimuler légèrement les exportations du pays, qui ont souffert ces dernières années, dues à la croissance du yuan face à l’euro et du dollar. Mais à cela s’ajoute la hausse continue des salaires et la délocalisation en Asie du Sud Est là où les mains d’œuvres sont encore très bas. Malgré les réformes apportées par les autorités chinoises, en mettant en avant la consommation domestique qui ne produisit pas l’effet escompté «  Dans les faits, la demande domestique ne permet de soutenir une croissance que de 3 à 4 % par an » explique Jean Joseph Boillot. De l’autre côté l’investissement intérieur est aussi insuffisant, alors que c’est le troisième moteur de l’économie chinoise « Les autorités chinoises ont par ailleurs sous-estimé l’effondrement démographique en cours qui se traduit par une préférence des ménages pour l’épargne » a-t-il ajouté.

crédit photo: moerschy

Laisser un commentaire