Prostituée et argent: on demande aux shaolins de s’expliquer

Le dirigeant du temple bouddhiste en Chine, Shi Yongxin est soupçonné de « débauche » et de détournement de fonds.

Fondé durant les Ve siècles, le temple Shaolin est devenu le symbole du bouddhisme chinois. Mais le temple est surtout devenu plus célèbre à cause de quelques scandales répétés. Le Bureau des affaires religieuses de la province du Henan a annoncé l’ouverture d’une enquête concernant plusieurs accusations contre l’abbé Shi Yongxin, devenu directeur du temple depuis 1999.

Depuis l’arrivée de Shi Yongxin à la tête du temple, Shaolin s’est transformée en une marque: il récolte près de 24 millions de dollars annuels avec la vente des tickets d’entrée, mais en plus, les moines ont également une boutique de produits dérivés, et font même la promotion de leurs arts martiaux à Las Vegas ou Hollywood. Shi Yongxin envisage de faire un investissement de 297 millions dollars pour la construction de complexe en Australie avec hôtel, académie de kung-fu et de terrain de golf en plus du temple.

Celui qui se veut «le pont entre le bouddhisme et le monde séculaire» est souvent accusé de « concupiscence ». La police avait effectué une descente en 2011 et l’aurait surpris avec des prostituées, sauf que le service de communication du temple avait nié les faits en affirmant que ce n’était que des démonstrations de rites bouddhiques. En juillet 2013, pendant une rénovation de routine, des caméras cachées ont été trouvées dans les parties réservées aux femmes du temple. Un mois plus tard, le quotidien Espagnol El Periódico avait publié le témoignage d’une femme portant l’enfant de l’abbé et avait révélé que Shi Yongxin aurait environ 3 milliards de dollars dans ces comptes à l’étranger.

En réponse à ses rumeurs, le temple Shaolin avait déclaré qu’elles venaient des détracteurs qui souhaitent détruire la réputation du bouddhisme zen.

crédit photo:Don-kun

Laisser un commentaire