La Russie réclame 1,2 million de kilomètres carrés dans l’Océan Arctique

Mardi 4 août, la Russie a réclamé devant les Nations Unies environ un million de kilomètres carrés dans l’Arctique. Cette demande devra accélèrera la course aux revendications dans une région inhabitée, mais dotée d’une importante ressource naturelle que la Russie, les États unis, le Canada, la Norvège et le Danemark se disputent.

Moscou a évoqué dans sa requête déposée devant la Commission de l’ONU, que suite aux recherches scientifiques, que c’est elle qui devrait avoir 1,2 million de kilomètres carrés supplémentaires dans l’Arctique.

En 2001, l’ONU avait déjà demandé à Moscou de fournir plus de preuve pour argumenter sa revendication suite à une première demande de Moscou.

Les revendications de Moscou arrivent jusqu’au pôle Nord et concerne la partie de la dorsale de Lomonossov, mais cette partie est également réclamée par le Danemark et le Canada, mais également de Mendeleïev que la Russie considère comme la partie intégrante de continent eurasiatique.

Si sa demande est considérée comme légitime, cela permettrait à la Russie l’accès à des réserves d’hydrocarbures environ 4,9 milliards de tonnes comme l’affirme le gouvernement russe.

De plus, la fonte des glaciers permet l’ouverture de nouvelles routes maritimes pour le commerce durant l’été à partir de l’été 2050, d’après des études scientifiques.

Le droit de la mer établit la zone économique exclusive d’un pays à 200 milles marins de ses côtes, lui octroyant une souveraineté dans cette zone en vue d’exploiter les ressources. Hors cette zone, les eaux sont considérées juridiquement comme étant internationales.

Cependant, un pays peut demander l’extension de sa zone économique en plus des 200 milles traditionnels, et même jusqu’à 350 milles. Mais il doit intégrer des études géologiques à l’appui, les limites de son plateau continental qui se trouve sous les eaux.

Pour cela, la Russie a effectué différentes expéditions scientifiques polaires pour récolter toutes les données nécessaires appuyant ses revendications du plateau continental dans l’Arctique. En 2007, une expédition a fait une plongée record dans au fond de l’Océan Arctique, en plantant symboliquement des drapeaux russes en titane.

crédit photo: LoveToTakePhotos

Laisser un commentaire