Des agriculteurs ont installé des barrages aux frontières espagnoles et allemandes

Malgré le plan d’aide gouvernemental d’urgence de 600 millions annoncé par le gouvernement la semaine dernière, les agriculteurs continuent leurs mobilisations et ne comptent pas relâcher la pression.

La mobilisation et les actions coups de poings des agricultures ont déjà duré une semaine afin de revaloriser le prix de la viande et du lait. Malgré le plan d’urgence, ils affirment ne pas baisser les bras et comptent dénoncer les « distorsions de concurrence » qui favorisent d’après eux leurs homologues étrangers.

Ils étaient venus avec des tracteurs dimanche soir vers 22 heures des barrages à la frontière pour stopper les camions transportant les produits agroalimentaires qui viennent d’outre-Rhin pour vérifier leur contenu. Les manifestants permettant cependant aux voitures venant de la France et toutes les voitures.

Lundi dans la matinée, le président de la Fédération départementale des syndicats d’exploitations agricoles (FDSEA) du Bas-Rhin Franck Sander a dévoilé un premier bilan de l’opération qui se poursuivra jusqu’à l’après-midi: « Nous avons déjà refoulé entre 200 et 300 camions, qui transportaient des produits qui nous font des distorsions de concurrence. On a par exemple fait faire demi-tour à un camion transportant du Babybel. Les consommateurs pensent que c’est français, mais ce fromage venait de Slovaquie. »

M.Sander estime que des camions de fruits et légumes ainsi que de viandes en provenance d’Allemagne.

Les pouvoirs publics doivent se réunir afin de trouver des « solutions concrètes pour mettre fins aux distorsions de concurrence » avec les agriculteurs des pays voisins avait déclaré le responsable agricole qui accuse une « surenchère de normes » en France et des différences de coût de la main-d’œuvre en défaveur des agriculteurs français.

La préfecture de Strasbourg devrait recevoir des représentants des agriculteurs. C’est après cette réunion qu’ils décideront de continuer le blocage ou non.

Des dizaines de camions ont été fouillés par une centaine d’agriculteurs en provenance d’Espagne sur une autoroute. Ils ont même menacé de décharger la viande ou les fruits destinés au marché de la France s’ils en trouvaient.

Les cultivateurs et les éleveurs ont mis en place un barrage composé de tracteurs sur l’autoroute A64, après le péage de Montréjeau, entre Lannemezan et Saint-Gaudens, entrainant un bouchon de 4 kilomètres selon les déclarations de Guillaume Darrouy, secrétaire général des Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne.

crédit photo: Croquant

Laisser un commentaire