Uniqlo: la Chine se lance contre les sextape faites dans les cabines d’essayage

Une vidéo d’un couple en train d’avoir des ébats sexuels dans une cabine d’essayage Uniqlo avait fait le tour du web chinois. Les autorités chinoises estiment que cette vidéo « viole les valeurs essentielles du socialisme ».

Les autorités chinoises ne cachent pas leur colère face à la situation et ont même pris la décision d’ouvrir une enquête policière. La sextape a été faite avec un smartphone dans une cabine d’essayage d’un magasin Uniqlo de Sanlitun, à Pékin. La vidéo dure une minute et représente les ébats d’un homme avec une jeune femme. « Cette vidéo vulgaire s’est répandue comme un virus et viole les valeurs essentielles du socialisme », avait déclaré Xu Feng, responsable de la cyber sécurité du pays. Ce qui est sûr c’est que cette vidéo amateur a fait beaucoup de bruits en Chine, elle a été postée sur les réseaux sociaux, et a eu près d’un million de vue avant d’être censurée.

Depuis la mise en ligne du sextape, le magasin Uniqlo s’est transformé en un spot de selfies. Les habitants y viennent pour se prendre en photo. Une fausse collection de t-shirts Uniqlo a été même développée juste pour l’occasion. Le scandale a contraint l’enseigne à faire un communiqué réfutant l’idée d’une opération marketing avec la vidéo et demande à sa clientèle de « faire usage des cabines d’essayage mises à leur disposition de façon appropriée ». Les deux auteurs de la sextape devraient être vite retrouvés, puis qu’ils agissaient à visage découvert. S’il est prouvé qu’ils sont à l’origine de la diffusion de la vidéo, ils écoperont d’une peine de deux ans de prison, la peine maximale pour ce genre d’effraction.

crédit photo: Metropolitan Transportation Authority of the State of New York

Laisser un commentaire