Alcool et grossesse: comprendre le vrai du faux

Boire de l’alcool pendant la grossesse n’est pas bon pour le développement du foetus, tout le monde le sait, mais devrons-nous réellement ne pas en boire durant neuf mois? Ne serait-il pas possible de gouter un peu les délices d’une goutte de vin exceptionnellement?

D’après une étude britannique qui a été publiée dans le British Medical Journal Open (BMJ Open), la majeure partie des femmes enceintes dans les pays anglo-saxons continuent de boire pendant leur grossesse. En Irlande, neuf mois sur dix continuent de boire de l’alcool durant les neuf mois de grossesse. D’ailleurs, 32% des femmes enceintes en France buvaient occasionnellement en 2010.

Qu’en est-il réellement? Peut-on boire au début de la grossesse quand le bébé n’est pas complètement formé?

Le cerveau du foetus n’est pas encore formé et ont tendance à dire que cela n’aurait pas d’effet si l’on boit un verre d’alcool. De plus, certaines femmes ignorent qu’elles sont enceintes dès les premières semaines de la grossesse et continuent de boire.

Le gynécologue Carole Maître a déclarer: « La consommation d’alcool en début de grossesse comporte moins de risques, car nous en sommes effectivement au stade de la division cellulaire. Donc si une maman a bu pendant le premier mois, ce n’est pas si grave. Mais comme nous ne savons pas actuellement définir un seuil de sécurité en dessous duquel l’alcool n’est pas dangereux, il vaut mieux s’abstenir de boire dès que l’on a fait un test qui s’est révélé positif et de manière absolue, à partir du deuxième mois de grossesse. Dès six semaines, on entend une activité cardiaque, et les hémisphères cérébraux se forment dès douze semaines. »

Les vins rouges et les champagnes sont-ils moins nocifs?

Même enceinte, une femme serait toujours tentée de boire un verre, ne serait-ce que pour trinquer avec sa famille le 31 décembre. D’après la gynécologue avait assuré : « Le danger pour le bébé dépend du taux d’alcoolémie et de la quantité d’alcool ingérée. Alors, boire une coupe de champagnes ou un verre de vin n’est pas si grave, surtout si c’est durant le premier trimestre. Mais il vaut mieux, bien sûr, s’abstenir. »

Et les plats cuisinés à l’alcool sont-ils dangereux?

Selon la gynécologue: « Pendant la cuisson, l’alcool ne disparaît pas totalement : le baba au rhum par exemple est fortement arrosé d’alcool. De plus, tout dépend du métabolisme de la mère, de son poids et de sa capacité à éliminer l’alcool. Par précaution, il vaut mieux s’abstenir. Moins on absorbe d’alcool, mieux c’est. N’oublions pas que le placenta ne filtre rien, le foie du fœtus absorbera donc directement l’alcool. »

Et en fin de grossesse, l’alcool peut-il avoir un problème sur le foetus?

La consommation d’alcool en fin de grossesse peut provoquer des pathologies, selon les explications de la gynécologue qui dit que: « Le cerveau du fœtus pendant le troisième trimestre n’est toujours pas capable de supporter l’alcool, mais les risques sont différents. Plus que des anomalies organiques, l’alcool provoquera des troubles comportementaux. L’enfant pourra souffrir du syndrome d’alcoolisation fœtale, d’hyperactivité par exemple, de soucis de concentration ou encore de modifications du faciès ».

crédit photo: Skitterphoto

Laisser un commentaire