Jean-Marie Le Pen: les raisons pour lesquelles il demande l’annulation du congrès FN par la justice

Jean-Marie Le Pen a adressé une assignation en référé exigent la suspension de l’assemblée générale du FN qui a lieu jusqu’au 10 juillet. Le TGI est en train d’examiner l’assignation.

Jean-Marie Le Pen avait demandé à la justice d’annuler le congrès du Front national qui devrait la supprimer son titre de président d’honneur. Il était représenté par son avocat Fréderic Joachim au parlement européen à Strasbourg devant les juges des référés du tribunal de grande instance de Nanterre.

Dans son collimateur, la « légitimité » de congrès par correspondance qui aura lieu jusqu’à vendredi et doit redorer les statuts du parti, dont la suppression du poste de président d’honneur.

Jean-Marie Le Pen avait saisi le TGI de Nanterre jeudi dernier. Le TGI avait annoncé « nulle et nul d’effet » la délibération du bureau exécutif du FN rendu le 4 mai entrainant la suspension de Jean-Marie Le Pen en tant qu’adhérant du parti dans l’attente du congrès et que le parti « devra rétablir Jean-Marie Le Pen dans tous les droits attachés à sa qualité d’adhérent et le cas échéant à celle du président d’honneur ». Le FN a tout de suite fait appel, mais Marine Le Pen a jugé cette décision de « péripétie juridique »: la base militante du congrès qui a été acquise à sa cause devrait être en faveur de la suppression de la présidence d’honneur. C’est la raison pour laquelle Jean-Marie Le Pen attaque le congrès et ce, afin de garder son titre. Son avocat accuse un vote « vicié, bloqué, suggéré, malhonnête, qui ne fait pas honneur à un grand parti qui se prétend le premier de France ».

Dans l’assignation, Jean-Marie Le Pen exige la « suspension du vote et l’organisation d’un congrès physique où il pourrait s’exprimer librement et où la question de la suppression de son titre serait posée à part ».

crédit photo: Semnoz

Laisser un commentaire