Le problème des taxis est un billet de retour pour Thomas Thévenoud

Les problèmes qui se présentent entre les VTC et les taxis font au moins un heureux. Le député Thomas Thévénoud, qui est toujours persona non grata au sein du Parti socialiste depuis les scandales de ses ardoises fiscales concocte discrètement une opération de come-back grâce à la loi qu’il a rédigée régulant l’activité des voitures de transports avec chauffeur.

IL a été l’invité de France Info ce jeudi 25 juin, pour faire un commentaire sur la grève des taxis qui sont en colère contre les services UberPop. L’ex-secrétaire d’État au Commerce extérieur et au tourisme avait été obligé de démissionner neuf jours après sa nomination. Cette fois, il n’avait pas à se justifier sur ses problèmes avec le fisc et sa célèbre « phobie administrative ».
« Je travaille. Je fais mon boulot de parlementaire. J’ai réglé ce que j’avais à régler, j’ai payé à tous les sens du terme », annonce-t-il en fin d’interview suite à une question concernant son dossier fiscal. Il est déterminé à prouver qu’il n’usurpe pas son mandat de député de Saône-et-Loire, qu’il ne voulait abandonner malgré les pressions effectuées par ses collègues du gouvernement. Thomas Thévenoud compte bien utiliser ses connaissances sur les taxis pour revenir dans le jeu politique. « Je n’oppose pas les taxis et les VTC. Je fais en sorte que chacun trouve sa place », explique l’élu qui fait désormais partie des non-inscrits, tout en rappelant que « les moyens juridiques de faire interdire Uberpop existent » dans la loi qui porte son nom. Un tact assez discret pour faire comprendre au gouvernement qu’il faut appliquer sa loi votée en octobre 2014.
Cependant, ce retour ne signifie pas une absolution. Le Parlementaire avait une question au gouvernement il y a dix jours concernant la crise des taxis. Cette intervention a été huée par les bancs de l’opposition. « C’est honteux! », « Qu’il paie ses impôts d’abord! », « Cahuzac, reviens! », C’est ce qu’on pouvait lire sur la retranscription de l’Assemblée nationale.

crédit photo: Azelguerra

Laisser un commentaire