Des manifestants ont soutenu le peuple grec et aux migrants

Pour la journée mondiale des réfugiés, des milliers de manifestants se sont mobilisés à Paris, Rome et à Berlin, mais également dans différentes villes de France. Ces manifestants ont voulu témoigner leurs soutiens aux migrants et aux peuples grecs.
Près de 3 500 personnes ont défilé de la place de Stalingrad à la place de la République en criant  «ensemble, ensemble contre l’austérité» selon la police. Ils marchaient derrière une banderole «Grèce, France, Europe: l’austérité tue, la démocratie meurt, résistons! »
La tête des cortèges est marquée par les drapeaux du Parti de gauche, du Parti communiste français, d’Europe écologie Les Verts et des drapeaux grecs qui flottaient. On pouvait également apercevoir Jean-Luc Mélechon et Pierre Laurent qui déclaraient à l’AFP «On est dans un moment crucial pour l’Europe tout entière». «Est-ce que la loi de l’austérité est la loi suprême en Europe ou est-ce que c’est la démocratie?»
Avec la Grèce qui a opté pour une « voie différente », « un accord financier, un compromis est totalement possible » ajoute-t-il en se référant sur « l’obstacle politique ». «Je demande à la France et au président de la République de sortir de son silence», s’interroge Pierre Laurent.
Quelques sans-papiers, migrants et militants associatifs étaient également présents dans le cortège. «Des ponts pas des murs»; s’écriaient-ils en tenant à bout de bras une tente bleue représentant les campements des réfugiés qui ont été démantelés par les autorités dans la capitale. «Beaucoup de gens comme moi ont leur statut de réfugié politique, mais n’ont pas de logement. Il faut qu’on trouve une solution, au moins un hébergement», avait déclaré un soudanais de 33 ans à l’AFP.
Des manifestants se sont également mobilisés à Calais. Ils ont défilé de la « New Jungle » à l’est de la ville jusqu’au centre-ville. «We are not animals» (nous ne sommes pas des animaux), «on aime la France, mais la France ne nous aime pas», c’est ce qu’on pouvait lire sur les banderoles. «Calais ville propre, salie par l’immigration», «journée contre l’immigration» répondait les banderoles des contre-manifestants qui se sont trouvés au pied du beffroi de l’Hôtel de Ville.

crédit photo: abdallahh

Laisser un commentaire