Hôpitaux de Paris: la grève continue

« Il n’est pas question que le mouvement faiblisse »! L’intersyndicale de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris a fait appel à une nouvelle journée de grève ce jeudi pour contre le projet de réforme des 35 heures mise en place par Martin Hirsch, le directeur général.
Les personnels devront se réunir devant le siège de l’AP-HP, avenue Victoria, à 11 heures. Les organisations CGT, SUD, FO, CFDT, CFE-CGC, CFTC et Unsa sont les plus appelées à manifester pour ce quatrième jour de grève.
Peu importe l’étendue de cette grève, il est sûr que le fonctionnement des hôpitaux sera « perturbé » indique une source mercredi soir à l’AP-HP.
« Il y a une colère qui est persistante » et avait déclaré Rose May Rousseau (CGT). « Monsieur Hirsch n’a pas réalisé la boîte de Pandore qu’il ouvrait » avec les 35 heures, dénonce Olivier Youinou (SUD Santé).
Pour Martin Hirsch, cette réforme des horaires de près de 75 000 agents des 38 hôpitaux de l’institution est un moyen de faire des économies de l’ordre de 20 à 30 millions d’euros, tout en gardant environ 4 000 emplois pendant 4 ans. Mais toutes discussions qui devaient être conclues le 18 juin sont toutes dans l’impasse. Les syndicats n’acceptent pas les négociations d’un plan d’économie « sur le dos des personnels ».
En ce moment, 60% des agents effectuent 7 heures 36 ou 7 heures 50 par jours et ont 18 à 20 jours de RTT annuels et des journées propres à l’AP-HP. La direction avait promis de ne pas dépasser les seuils de 15 RTT par agent et expose un scénario de 7h30, aux grands désarrois des syndicats.
« En enlevant six minutes, il prend cinq jours de congé aux personnels en 7h36, neuf à ceux qui travaillent en 7h50 »,  accusait Olivier Youinou, tandis que « les soignants font trente minutes de bénévolat par jour », avait estimé Thierry Amouroux, de la CFE-CGC.

crédit photo: Stefan_Schranz

Laisser un commentaire