HSBC a supprimé près de 25 000 postes dans le monde

Submergée par une montagne d’amendes et suffoquée par ses baisses de résultat en 2014, la banque britannique HSBC a déclaré ce mardi la suppression de postes à cause d’un plan de restructuration. La banque n’a pas donné d’information sur l’avenir de son siège à Londres.
HSBC envisage de supprimer près de 10% de son personnel soit environ 22 000 à 25 000 emplois. Elle prévoit également la délocalisation de milliers d’emplois dans des « pays à faible coût/haute qualité » de main d’œuvre.
Ce plan de restructuration devrait permettre à la banque de réaliser une économie de 4,5 à 5 milliards de dollars d’ici 2017. Cette restructuration lui coutera près de 4,5 milliards.
HSBC pense également diminuer ses actifs à risques de 290 millions de dollars et espère avoir un taux de rendement de plus de 10%  de ses capitaux propres d’ici deux ans.
La banque envisage aussi de ne plus continuer ses opérations en Turquie et au Brésil, mais gardera « une présence » pour ses clients institutionnels.
HBSC pense aussi « accélérer ses investissements en Asie » en renforçant la gestion des actifs et de l’assurance.
« L’Asie devrait connaître une forte croissance et devenir le centre des échanges internationaux au cours des 10 prochaines années », a annoncé le directeur général, Stuart Gulliver dans une note boursière.

La banque renforcera par contre ses activités dans le sud de la Chine et des pays d’Asie du Sud-Est, dont les Philippines, l’Indonésie, la Malaisie ou Singapour, qui ont un taux de croissance annuel supérieur à 4%/.
La banque a été frappée par le scandale de l’opération SwissLeaks dévoilé  par le réseau mondial de journaux. Elle était accusée d’avoir faire une évasion fiscale colossale via sa filiale suisse à Genève.

crédit photo: Jeekc/wikimédia

Laisser un commentaire