Les entreprises françaises: qui les rachètent?

474 sociétés françaises étaient sujettes des fusions ou des acquisitions de la part de groupes étrangers l’année dernière, soit une hausse de 32 % par rapport à 2013.
Faut-il croire que 2014 est l’année de solde. Les achats d’entreprises françaises par leurs homologues étrangers connaissent une hausse de 32 % en 2014 par rapport en 2013. Les fusions et les acquisitions concernent surtout une partie ou l’intégralité du capital. En ajoutant les opérations annoncées, mais non finalisées, on comptabilise près de 535 sociétés françaises, d’après les informations de BVDinfo et Zephyr.
Les investisseurs étrangers ont racheté près de 474 entreprises françaises l’année dernière.
Cette hausse s’explique. La chute vertigineuse provoquée par les premières années de crise, toutes les conditions étaient réunies: une croissance mondiale qui s’affiche enfle, des financements beaucoup plus accessibles aux États-Unis et en Europe, ainsi que des entreprises qui ne sont plus aux meilleurs de leur forme. C’est ce qu’a démontré la prise de contrôle de la branche énergie d’Alson par Général Electric.
Quelle est la nationalité des acheteurs ?
Ce sont les États-Unis qui sont les plus gros consommateurs d’entreprises françaises avec 156 achats en outre-Atlantique soit une hausse de 27 % par rapport à 2013.
Viennent ensuite les Britanniques avec 126 investissements soit une hausse de plus de + 66 % à 2013.
Puis l’Allemangne qui a effectué 39 investissements en hexagone soit une hausse de 18 %.
Cepedant, la concentration des sièges sociaux en ile de France peut induire en erreur avec 293 opérations, mais Rhône-Alpes et Paca ont également des chiffres non négligeables d’entreprises, de 35 et 19.
Les secteurs les plus touchés sont:
Services : 230 opérations
Équipement : 83 opérations
Distribution : 44 opérations
En plus de cela, 39 % des achats concernent des transactions de moins de 5 millions d’euros, 70 % sont moins de 25 millions.

crédit photo: Ilansandes/Flickr

Laisser un commentaire