Le syndrome de Cotard : le « syndrome du cadavre vivant »

photo_cotard svenkirschLa maladie semble provenir des films d’horreur comme dans la série américaine « Hannibal », sauf qu’elle existe. Le syndrome de Cotard, appelé également « la maladie du cadavre ambulant » est un trouble mental rare et étrange.
Il se présente sous forme de délires qui n’ont pas de sens et qui a un rapport avec la mort. Les personnes victimes de la maladie s’imaginent qu’une partie de leur corps est mort ou qu’ils n’existent plus.
Malgré le fait que trouble soit mental, il peut provoquer des séquelles physiques inquiétantes. S’imaginant qu’il est déjà mort, le patient ne s’inquiète plus de leur santé physique et leur hygiène personnelle. Près de 50% des personnes atteintes de la maladie s’imaginent être immortelles, ce qui peut les conduire à un comportement fatal.
Haley Smith, une adolescente de 17 ans qui avait été victime du syndrome avait témoigné sur le Daily Mail, en janvier 2015 : « Un jour, quand j’étais en cours d’anglais, j’ai eu cette sensation très étrange que j’étais morte et je n’arrivais pas à la faire partir. En rentrant chez moi, j’ai pensé à visiter un cimetière juste pour être proches d’autres qui étaient aussi morts ».
Le syndrome a été découvert pour premières fois en 1882 par Jules Cotard sur une de ses patientes, Mademoiselle X qui s’imaginait n’avoir plus de cerveau, ni de nerfs, ni d’estomac, ni d’intestins, mais qu’elle pensait également qu’elle pourrait vivre indéfiniment. Elle a arrêté de manger et en est morte.
Selon les spécialistes de la maladie, les troubles peuvent se présenter à tout moment, surtout chez les personnes qui ont déjà de troubles mentaux, de maladie neurologique ou encore des dépressions cliniques. Cependant, un Écossais avait présenté le syndrome suite à une blessure à la tête lors d’un accident de moto en 1996.

Crédit photo: SvenKirsch

Laisser un commentaire