Jean-Marie Le Pen: son sort va être fixé

Le président d’honneur du FN a été convoqué par le bureau exécutif du parti politique, concernant ses propos sur différents médias français, entraînant une importante polémique. Il a répondu à la convocation ce lundi 4 mai au siège du FN à Nanterre. Le bureau politique s’est réuni pour les investitures des régionales, mais surtout pour le cas du patriarche. « Je ne vais pas au bureau exécutif là, je vais au bureau politique », indique-t-il à son arrivée.

La réunion peut engendrer jusqu’à la restitution de son titre de « président d’honneur », suite à ses multiples dérapages. Les chambres à gaz étaient, pour lui, un « détail » de l’histoire, et ce, pour défendre le Maréchal Pétain et du « monde blanc ».
Marine Le Pen a évoqué la mise à l’écart définitif, dimanche dernier, de son père: « Jean-Marie Le Pen ne doit plus pouvoir s’exprimer au nom du Front national, ses propos sont contraires à la ligne fixée » s’est exprimé la présidente du parti, sur Europe 1 pendant l’émission « Grand Rendez-vous ». Florian Philippot s’est plongé dans la dramatisation. Il a répondu aux interrogations de dimanche soir : « Tout est possible… ». Il y a quand même de sérieux risques, « Ça ouvrirait les portes de l’enfer ! » a-t-il rajouté. Un autre membre du parti a rajouté « Il peut être tout aussi venimeux une fois exclu ».

Le fait que Jean-Marie Le Pen puisse quitter le FN est un évènement « surnaturel, surréaliste » évoque Marie-Christine Arnautu, la vice-présidente FN. De nombreux cadres du FN estiment que la situation dépendra de la manière se présentera devant ses « juges ».

Crédit photo: Manuel (manu-le-manu)

Laisser un commentaire