Affaire Petraeus: l’ex-patron du CIA écope de deux ans de prison avec sursis

Le général David Petraeus, un ancien dirigeant de la CIA s’est sorti presque indemne de l’affaire d’adultère associée à de fuite de document ultra-secret à sa maîtresse en recevant une peine de deux ans de prison de sursis avec le paiement d’une amende de 100 000 dollars.

 
Il avait plaidé coupable jeudi dernier devant le tribunal de Caroline du Nord et a avoué avoir « retiré et détenu sans autorisation des informations classifiées » et  » avoir menti au FBI et à la CIA sur la possession et la manipulation d’informations classifiées » selon les informations délivrée par la procureure Jill Westmormeland Rose.

 
Après plus de deux ans d’enquête, le FBI avait demandé en janvier 2015 la poursuite de l’ex-patron de la CIA après la découverte de documents classifiés sur l’ordinateur de sa maîtresse Paula Broadwell.

 
En plaidant coupable, l’ancien directeur de la CIA évite un procès qui serait probablement embarrassant, et met fin à un scandale qui avait taché le monde du renseignement en 2012. S’il avait eu un procès, il pourrait écopé d’une peine de huit dans de prison ferme.
« Aujourd’hui, marque la fin d’une épreuve de deux ans et demi, conséquence des erreurs que j’ai faites », a déclaré le général Petraeus à sa sortie du tribunal de Charlotte, selon une télévision locale.

 
« Comme je l’ai fait par le passé, j’ai demandé pardon à mes proches et à beaucoup d’autres, dont ceux que j’ai eu le privilège de servir pendant des années au gouvernement et à l’armée. Je veux en profiter pour remercier tous ceux qui ont exprimé et démontré leur soutien depuis que j’essaie d’avancer depuis novembre 2012 », a-t-il ajouté.
Le général Davis Petraeus a quitté son poste en novembre 2012 après avoir admis qu’il avait entretenu une relation extra-conjugale avec Paula Broadwell. Puis il assuré que les documents qui ont été retrouvés sur l’ordinateur de sa maîtresse ne mettraient pas en danger la sécurité nationale.

 
En plaidant coupable, il a admis qu’il a « apporté » huit recueils de documents qu’il avait même considérés comme « hautement classifiés » dans une maison de Washington quand il y était pour un long week-end, fin aout 2011 avec sa maîtresse.
Il avait ensuite regroupé les documents sous le nom de « Black Books » dans la maison pour que sa maîtresse Paula Broadwell puisse avoir accès, qui rédigeait sa biographie sous le titre de « All In: The Education of General Davis Petraeus » à l’époque.

 
Malgré le fait qu’aucune information confidentielle n’a été publiée dans la biographie, le général Davis Petraeus avait laissé les documents dan la maison de Washington jusqu’au 1 Er septembre, date à laquelle il devait les reprendre et les rapporter chez lui en Viriginie.

 
L’affaire d’adultère de Petraeus avait éclaté trois jours après la réélection de Barack Obama avait affirmé un peu plus tard que ce scandale sexuel n’avait pas à priori pas eu de conséquences sur la sécurité nationale des États-Unis. L’histoire avait commencé durant l’été 2012, lors de l’ouverture d’une enquête demandée par le FBO concernant six courriers électroniques anonymes qui menaçait Jill Kelley, 37 ans, une amie du général Petraeus. L’enquête du FBI avait identifié Paula Broadwell comme l’auteur de ces menaces. Les fédéraux ont également découvert une trace de conversation avec David Petraeus sur la messagerie de la mère famille, puis des documents classifiés sur son ordinateur.

crédits photo: Wikipédia

Laisser un commentaire