L’affichage des allergènes alimentaires, obligatoires à partir du 1er juillet

Tous les contenants alimentaires emballés et vendus en grande surface, mais également les aliments servis dans les cantines et les restaurants doivent désormais afficher la présence d’allergènes et ce ,à parti du 1er juillet de cette année, d’après un décret d’application qui a été publié.

Le décret n° 2015-447 du 17 avril 2015 « relatif à l’information des consommateurs sur les allergènes et les denrées alimentaires non préemballées » vient d’être publié au Journal officiel, le 19 avril.

« L’information relative à la présence de substances ou produits provoquant des allergies ou intolérances » sur les emballages des produits alimentaires, mais également dans les cantines, les commerces de vente alimentaires et les restaurants est obligatoire à partir du 1er juillet 2015.

Ce sont les professionnels de l’alimentaire qui sont les plus concernés,dont les commerçants des produits alimentaires, les restaurateurs, les traiteurs, les cantines et ceux qui travaillent dans le secteur de la restauration collective.

Parmi les substances qu’il faut signaler : le gluten, le lait, les œufs, les arachides le soja, les crustacés, les poissons, les fruits à coque les céleris la moutarde, les graines de sésame, le sulfite, le lupin et les mollusques sont les plus concernés Les produits bruts transformés ainsi que leurs dérivés doivent également être signalés.

Ainsi, les denrées préemballées doivent faire l’objet d’un étiquetage, les denrées non préemballées ou les aliments qui n’ont pas d’étiquette devront « porter à la connaissance du consommateur, sous forme écrite, de façon lisible et visible des lieux où est admis le public » soit sur leurs vitrines ou dans un document d’information écrit la présence d’allergènes. Le consommateur ne devrait pas prendre la peine de demander selon le secrétaire d’État en charge du Commerce et de la Consommation, dans un communiqué en date du 21 avril. Les produits destinés à la « consommation immédiate » (traiteurs des petits commerces, bouchers et charcutiers) doivent signaler ces informations à proximité de manière à ce que les consommateurs puissent prendre connaissance des aliments.

 

Les professionnels des cantines ou les établissements de restauration collective seront obligés d’avoir un document d’information écrit indiquant la présence d’allergènes dans les plats proposés. Ce document devrait être à la portée des consommateurs.

 

L’information, prévue depuis décembre 2014, « vise à permettre aux consommateurs allergiques d’être informés du risque qu’ils peuvent courir, de choisir en connaissance de cause, les aliments qui leur conviennent et, le cas échéant, d’écarter ceux qui ne correspondent pas à leur régime alimentaire » a précisé le communiqué.

 

Les allergies alimentaires ont une importante progression depuis quelques années, surtout chez les enfants. En effet, près de 88  d’entre eux sont victimes des allergies alimentaires d’après l’Agence française de sécurité des aliments.

crédit photo: Jeffrey O. Gustafson/wikipédia

Laisser un commentaire