Deutsche Bank choisirait la restructuration limitée

Deutsche Bank acquerra Postbank, mais l’activité de banque de détail sera toujours conservée, d’après le scénario établi par la direction de la banque selon une source proche du dossier et des discussions sur la restructuration du groupe bancaire allemand.
Selon cette source, seuls deux membres du directoire adhèrent à l’idée d’arrêter toutes les activités de la banque de détail, alors que les six autres sont d’accord pour la simple cession de Postbansk. La source a également ajouté que la décision devrait être prise la semaine prochaine.
Près de sept milliards d’euros ont été dépensés par la Bank durant les trois dernières années pour régler des amendes et des accords amiables. La banque a également dépensé, quatre autres milliards pour sa restructuration dont l’intégration de Postbank. Ces dépenses exceptionnelles l’avaient empêché d’atteindre ses objectifs et son rendement des fonds propres n’a jamais franchi les 3 % en 2014, ce qui est loin de l’objectif 12 % pour 2015. Face à cela, le groupe a décidé de revoir sa stratégie et ses activités de l’an dernier. Deutsche Bank avait racheté Postbank entre 2008 et 2010 pour près de six milliards d’euros. La décision de garder l’essentiel de ses activités de banque de détail pourrait entrainer la sortie complète de la banque détail qui signifierait l’augmentation des risques et des coûts de financement.
Selon toujours cette source, cette décision est également un geste vers Berlin qui craint que la cessation de cette activité puisse faire perdre à la première banque allemande le contact avec son marché national.
Deutsche Bak compte près de 8,5 millions de clients hors Postbank et répertoriés dans près de 730 agences.
En cédant Postbank, Deutsche Bank souhaite se renflouer et à limiter sa présence sur le marché allemand ayant de faibles marges et monopolisé par les caisses d’épargne et les banques coopératives.
Ce qui est sûr c’est qu’il y aurait une importante réduction des coûts, et ce, peu importe le plan de restructuration choisi y compris la fermeture d’un tiers des agences restantes du groupe.
Postbank dispose près de 14 millions de clients avec 1 100 agences intégrées au réseau postal. Elle serait cotée en Bourse, ou vendue à un fonds d’investissement, selon toujours la source.
La plus difficile est de trouver un acheteur qui pourrait payer un prix suffisamment important pour que Deutsche Bank ne soit pas obligée d’inscrire de ses comptes, des milliards d’euros de charges de dépréciation.
D’après une autre source, le conseil de surveillance se concentre actuellement sur un projet qui vise à regrouper l’ensemble d’activités de détail dont Postbank et les faire ensuite entrer en Bourse.
Tous les scénarios envisagés par la direction envisagent des coupes sombres dans la banque d’investissement, une activité considérée comme peu rentable, mais très exigeante en fonds propres depuis les réglementations selon les sources.
Le conseil de surveillance de la banque doit analyser toutes les propositions pendant la réunion extraordinaire du 24 avril, et ce, avant de choisir un projet avant la publication des résultats trimestriels du 29 avril.
Une porte-parole de la banque n’a pas voulu faire des commentaires sur les options stratégiques,sauf pour affirmer que la banque cherche à toujours à mener le débat à son terme jusqu’à la fin du mois de juin.

crédit photo: Björn Laczay / wikimédia

Laisser un commentaire