Volvo Car, enfin sa première usine aux USA

Volvo vient d’annoncer ce lundi que le constructeur automobile suédois débloquerait près de 500 millions de dollars pour la construction de sa première usine aux États-Unis.
L’emplacement de l’usine n’a pas encore été fixé, mais ce nouvel investissement constitue la cinquième entreprise du constructeur. La firme a su se redresser depuis deux ans, grâce à l’aide du constructeur Geely, son propriétaire chinois.
« L’entreprise a établi une liste réduite d’emplacements potentiels, et les détails complets quant à l’endroit auquel se situera la nouvelle usine et la taille de l’investissement sera annoncée ultérieurement », a expliqué Volvo Car Group dans un communiqué.
Volvo Car dispose déjà de deux usines en Europe, le siège se trouve à Göteborg et à Gand en Belgique et deux en Chine, à Chonqing et Chengdu. Il compte également deux autres petites usines à Zhagjiakou Chine pour les moteurs et Kuala Lumpur en Malaisie pour la finition des véhicules pour la conduite à gauche.
Les véhicules suédois vendus par la firme suédoise aux États-Unis sont des importés. Vovlo est un petit acteur du marché automobile aux États-Unis, sa part du marché a connu une baisse de moins de 0,4 % soit près de 58 000 véhicules. Cette absence est due au fait que la marque était encore la propriété de Ford en 1999 et 2010, qui s’est plutôt concentré sur le développement de sa marque phare.

Elle a ensuite été rachetée par Geely en 2010, et avait subi beaucoup de difficultés financières avant 2013. En 2014, il a enfin fini par dépasser son record historique de vente de 2007. « Volvo Cars devient un constructeur automobile véritablement mondial avec une présence industrielle sur les trois continents-clés », annonce le groupe.
Son nouveau directeur pour la firme en Amérique a été nommé en janvier, c’est Lex Kerssemakers, un néerlandais qui a pour ambition d’augmenter à 100 000 véhicule « à moyen terme ».

Laisser un commentaire