Paris et 22 communes seront dans une circulation alternée lundi

Le préfet de police de Paris a pris la décision de mettre en place un système de circulation alternée lundi à Paris et dans 22 communes limitrophes suite à la pollution atmosphérique qui a été décelée depuis le début de la semaine dernière.

AirParif, l’organisme de surveillance de la qualité de l’air envisage un nouveau dépassement du seuil de 50 micros grammes de particules polluants ce dimanche et Météo France pense que vent ne pourrait pas les disperser.

De ce fait, le préfet avait demandé l’avis de quelques experts et élus locaux ce samedi, et a décidé d’appliquer cette mesure qui a été déjà demandée par la maire de Paris Anne Hidalgo depuis jeudi dernier.

Ainsi, les véhicules portant un numéro d’immatriculation pair ne pourront pas circuler ce lundi, et si le dispositif se poursuit mardi, les véhicules impairs ne pourront pas circuler sauf dérogation.

« Le préfet de police a mobilisé l’ensemble des services de police placés sous son autorité pour assurer la mise en œuvre de cette mesure », lit-on dans le communiqué de la préfecture.

Celui qui ne respecte pas cela pourrait écoper d’une amende de 22 euros avec une immobilisation du véhicule ou une mise en fourrière. C’est ce qu’a annoncé la maire de Paris en début de l’après-midi de samedi, avant le communiqué de la préfecture. Le maire a également évoqué dans son communiqué que les véhicules « propres », électrique et hybride, mais aussi ceux qui transportent plus de trois personnes peuvent circuler lundi, peu importe leur numéro d’immatriculation. Les transports en commun seront gratuits comme c’étaient le cas le samedi.

Ainsi les utilisateurs de voitures électriques et de vélos en libre-service pourront bénéficier d’une gratuité partielle ou totale. La préfecture a également souligné que les poids lourds en transit sont obligés de contourné l’agglomération parisienne et que leur vitesse maximale serait de 20km/h.

« Lundi, il y aura la circulation alternée sauf s’il y a une baisse manifeste de pollution demain et après-demain », avait déclaré vendredi soir la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, pour stopper les polémiques entre elle, Anne Hidalgo et l’ex-ministre écologiste du Logement Cécile Duflot.

Cecile Duflot et Anne Hidalgo ont haussé le ton après le refus des pouvoirs publics de la mise en place de la circulation alternée dans la capitale, une polémique contraignant François Hollande à réagir. Anne Hidalgo, encore en Tunisie ce samedi avait félicité la décision et n’a pas émis de commentaires supplémentaires.

« Je pense que le débat qu’il y a eu tous ces derniers jours était un peu inutile compte tenu du fait qu’il y a les données scientifiques dont on dispose pour les prévisions du lendemain. On aurait pu le faire avant », a-t-elle annoncé à BFM TV et iTELE.

Cécile Duflot était également contente de la décision sans oublier d’émettre quelques commentaires comme « dommage qu’on ait tant attendu ».

« Ce n’est pas un sujet de débat politicien, c’est un sujet de santé publique », a décalré à BFM TV la dirigeante écologiste, qui considère que la meilleure solution est d’automatiser ces mesures d’urgence en cas de pic de la pollution. « C’est ce que les écologistes demandent : à partir du moment où on a atteint un seuil de pollution, c’est automatique, il n’y a pas de débat, il n’y a pas de décision ministérielle, on passe en circulation alternée », a-t-elle expliqué.

Laisser un commentaire