Les médecins se mobilisent contre le tiers payant

Les médecins se sont mobilisés dimanche 15 mars, ils étaient des milliers, qui défilaient pour demander le retrait de la mesure phare du projet de loi Santé porté par Marisol Touraine la ministre des Affaires sociales.
Parmi le plus contesté dans le projet de loi proposé par la ministre des Affaires sociales, et qui fait remontée les grognements des médecins c’est surtout : la généralisation du tiers payant. Une promesse du candidat François Hollande en 2012.
50 000 médecins se sont mobilisées ce dimanche 15 mars pour dénoncé cette réforme, la police estime qu’ils étaient seulement 19 000. Marisol Touraine a reçu l’après-midi les syndicalistes, elle voulait surtout afficher sa volonté de dialogue. Les responsables syndicats semblent être déçus à la sortie de la rencontre malgré les petits cadeaux, offerts par Mme Marisol.
Marisol a reculé sur certains points notamment sur la délégation de la vaccination aux pharmaciens, qui ne sera plus que l’objet d’ « expérimentation » et ne sera pas inscrite dans la loi. Mais ces décisions sont insuffisantes pour les médecins et les  professionnels de la médecine. Les demandes des médecins libres sont un peu plus claires soit « le retrait du texte ou, à tout le moins, sa réécriture, ou la démission de la ministre ».
Les médecins libéraux ne sont pas les seuls a contestée ce projet de loi, l’Ordre des médecins s’y oppose également et « soutien » la manifestation et qui par ailleurs a reçu le soutien de l’UMP.
Bruno Retailleur, sénateur UMP de Vendée a sauté sur l’occasion pour donner son opinion
 » En systématisant le tiers payant, le gouvernement va de façon démagogique déresponsabiliser encore un peu plus les citoyens, ce qui conduira à accroître les dépenses et donc les déficits. En mettant les professionnels de santé sous la tutelle de l’État et des administrations, il dénature la médecine libérale. L’État ne peut pas s’occuper de tout. Ce projet de loi est dangereux pour la qualité des soins et pour la relation médecin/patient. Aussi, le groupe UMP du Sénat portera lors de l’examen du texte les légitimes inquiétudes et revendications des professionnels de santé qui sont aujourd’hui victimes du dogmatisme de Manuel Valls et de son gouvernement « . Il n’est pas le seul à avoir critiqué cette proposition de loi, Nicolas Sarkozy avait déjà critiqué ce projet de loi à Tourcoing le 15 janvier, a estimé que le tiers payant généralisé est « une mesure démagogique et contre-productive » tout en promettant  » de faire un projet santé très fort, dont je souhaite qu’il sorte des sentiers battus  » si la droite revient au pouvoir.
Mais pourquoi les médecins font bloc contre ce projet ?
Les médecins redoutent surtout un comportement irresponsable des citoyens, qui vont abuser des consultations, car ils n’auront plus à sortir leur carnet de chèques. Ce qui inclurait alors que la médecine deviendrait gratuite, et que la Sécurité sociale qui est déjà mal en point doit encore payer davantage. Les médecins sont folle rage et prévoient de durcir leur manifestation
« La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), le principal syndicat de la médecine libérale, est furieuse. Elle appelle à une journée portes closes, le 31 mars, date de la présentation du projet de loi de santé en séance publique à l’Assemblée nationale.  « Par la voie d’un amendement gouvernemental voté hier [le 18 mars] en commission des affaires sociales de l’Assemblée, la loi fait du Tiers payant généralisé un droit, donc une obligation. La CSMF dénonce une véritable « Usine à gaz». Cet amendement confirme que les médecins seront des contrôleurs des droits des patients, ce qui est inacceptable. Pour valider le tiers payant, il faudra vérifier que le patient a respecté le parcours de soins, vérifier ses droits au regard de l’assurance maladie obligatoire, des complémentaires de santé… Il faudra même s’assurer que le patient a autorisé le prélèvement des franchises sur son compte bancaire. La mission du médecin est de soigner. Elle ne doit jamais être celle de contrôler. Pour la CSMF, il faut arrêter cette machine folle qui va à l’encontre des intérêts des patients, de l’assurance maladie et de la médecine libérale ». Le syndicat MG France, majoritaire chez les médecins généralistes est également furieux ».

Laisser un commentaire