La femme de Gbagbo écope de 20 ans de prison ferme

La femme de Gbagbo, Simone Gbagbo, a été condamnée par la justice de la Cote d’Ivoire mardi matin à 20 ans de prison, une peine qui est excessivement supérieure à la peine maximale exigée par la loi, cette condamnation fait suite à son rôle durant la crise postélectorale de 2010-2011, dont elle est accusée comme une des protagonistes majeures.
La Cour de justice « condamne à l’unanimité » l’ex-Première dame à « vingt ans » de prison ferme pour « attentat contre l’autorité de l’État, participation à un mouvement insurrectionnel et trouble à l’ordre public », ce est-ce que le juge Tahirou Dembélé, avait énoncé après plus de 9 heures de délibération.
La femme de Gbagbo, surnommé la dame de fer en son temps, alors que son mari était encore au pouvoir, elle avait été jugée par le parquet général qui avait requis seulement 10 ans de prison.
L’avocat de Simone Gbagbo, Me Rodrigue Dadjé, dénonce « une décision purement politique ». « J’ai honte pour la justice ivoirienne » a-t-il ajouté à l’AFP, il annonce également un pourvoi en cassation.  Cependant, dans le droit ivoirien, la procédure d’appel n’existe pas pour des condamnations en assises.
« On a montré que l’impunité en Côte d’Ivoire ne doit plus continuer « , c’est  ce que l’avocat général de l’État Soungalo Coulibaly avait commenté sur AFP. 79 autres personnes avaient été condamnées avec elle, Simone Gbagbo tout comme son époux est également accusée de « crimes contre l’humanité » par la Cour pénale internationale.

Laisser un commentaire