Airbus explose ses records mêmes après l’esclandre de l’A400M

Le groupe aéronautique était fier de présente ses résultats 2014 ce vendredi. L’année 2014 est parfaite pour le groupe margé le flop de l’A400M.
Un record parfait et un énorme boulet. Ce sont les constituants de l’année 2014 pour le groupe Airbus qui atteint près de 60,7 milliards d’euros en 2014 soit une hausse de 5 % soit un résultat opérationnel de 4 milliards et carnet de commandes qui atteint les 857,5 milliards d’euros. « Une plutôt bonne année pour Airbus Group », a conclu le président exécutif Tom Enders. Cependant, l’avion  transport militaire A400M était un véritable flop. Il avait des problèmes techniques et des retards de livraison entrainant le groupe à débloquer près de 551 millions d’euros qui s’ajoutent aux 4,2 milliards d’euros déjà passés dans les comptes entre 2008 et 2010.

Comment expliquer ce succès malgré les pertes avec l’A400M ? Le succès commercial d’Aribus dépend en grande partie des bons chiffres. En effet, le groupe a réussi à livrer 629 appareils en 2014, ce qui a favorisé cette belle performance. Il a également réussi à redresser sa marge de manœuvre de façon spectaculaire avec un bénéfice de 4 % sur l’Airbus Helicopters. Ce qui lui a permis d’atteindre une marge de 6,3 %. Seule la division Airbus Defense &Space a eu une rentabilité en baisse de 38 % même s’il y avait d’excellents résultats commerciaux.

La provision sur l’A400M est encore gérable. Sans compter qu’Airbus dispose encore de 383 millions d’euros de plus-value de la vente partielle de sa participation dans Dassault Aviation. Malgré cela, le groupe aviateur doit pourtant gérer un problème majeur dont l’accord entre les États clients et Airbus en 2010 qui lui coûte près de 5,2 milliards d’euros alors que le problème devait être réglé par le programme. En effet, celui-ci avait encore dérapé, une situation assez critique qui a nécessité le remplacement d’Urenas-Raso, le patron du groupe en janvier, après les retards de livraison de l’A400 M.

Tom Enders souhaite augmenter les livraisons des avions en 2015 par rapport à l’année dernière. Mais le challenge reste difficile, car le groupe de faire face aux problèmes avec la chaine de fournisseurs et finaliser le développement des nouvelles capacités que les armées européennes ont besoin.

Les dérapages de l’A400M n’ont pas de réel impact sur la croissance du groupe, qui est largement couverte par le segment commercial. En effet, le groupe a réalisé près de 1 456 commandes en 2014, soit un carnet de commandes d’une valeur de 800 milliards d’euros pour 6 386 appareils à livrer, l’équivalent de 10 ans de production. L’année 2015 est assez cruciale pour le groupe. Sa priorité est le « ramp-up » c’est-à-dire l’augmentation des cadences de productions aussi bien pour l’A320 que pour l’A350, et le redressement du projet A400M.

Laisser un commentaire