Combien gagnent les Bleus à la Coupe du Monde ?

Une phrase a été répétée pendant ce mondial brésilien par les joueurs français : « la star, c’est l’équipe ». Ainsi, après le parcours en Coupe du Monde des Bleus, chacun des joueurs (réservistes ou non) et des membres de l’encadrement va percevoir la même somme : 93 000 euros. Comment sont déterminées et versées ces primes ?

En réalité, les primes ne sont pas directement versées aux joueurs par la Fifa. La fédération internationale de football verse une somme négociée en amont aux fédérations nationales (donc dans le cas présent la FFF) et les laisse répartir ces fonds comme elles le souhaitent. La fédération française de football avait indiqué avant le voyage au Brésil que 30% de ce montant irait aux joueurs : les Bleus se sont donc partagé les 10,2 millions alloués par la Fifa entre eux.

Un partage équitable qui dénote avec le reste de l’année : entre les 14 millions d’euros annuels touchés par Franck Ribéry au Bayern Munich et les 600 000 euros que perçoit Antoine Griezmann, il y a un monde. Parmi les joueurs les mieux payés, on retrouve bien évidemment ceux qui évoluent dans les grosses écuries européennes à l’instar de Blaise Matuidi (12 millions), de Karim Benzema (5 millions) ou encore de Patrice Evra (4,8 millions).

Des sommes mirobolantes qui font relativiser le poids de ces primes. Mais pas au point de les refuser pour la majorité des footballeurs. À cet égard, la Grèce dénote. Les joueurs grecs ont en effet refusé leurs primes expliquant qu’ils ne voulaient jouer que pour « rendre le pays fier de son équipe » et apporté une bouffée d’espoir dans un État miné par la crise.

Un exemple qui est survenu au moment de l’élimination avec les honneurs de l’équipe grecque en 8ème de finale. Un acte qui aurait pu faire réfléchir les camerounais, refusant de monter dans l’avion pour le Brésil s’ils n’obtenaient pas une réévaluation de leurs primes. Un comportement d’autant plus incompréhensible que ces joueurs n’ont pas ce qu’on pourrait appeler des « problèmes financiers », surtout en comparaison avec le niveau de vie moyen au Cameroun. Pour rappel, Samuel Eto’o a été, de 2011 à 2013, le joueur le mieux payé du monde avec 20,5 millions d’euros par an à l’Anji Makhachkala.

Crédits photo : Ailura

Laisser un commentaire