Le « burn-out » touche près d’un étudiant sur cinq

La mutuelle complémentaire SMEREP a effectué une enquête sur les la santé des étudiants.

La vie des étudiants français de 2014 n’est pas si rose qu’elle paraît. Le cliché d’un étudiant de fac qui ne se soucie que sur son apparence, les sorties n’est qu’un mythe. D’après les études de SMEREP, près de 22% des étudiants sont à risques d’un surmenage. Selon la filière, près de 80% des étudiants ont moins de 8h de sommeil par nuit et 39% d’entre eux ne mangent pas trois repas par jours, 68% des étudiants sont très fragiles psychologiquement et 57% n’ont plus confiance en eux et se sentent inutiles. Entre les cours, les révisions, les trajets pour se rendre à l’université, nombreux d’entres eux avouent être sur le point de craquer. En général, la majorité des étudiants discutent avec leur famille de leurs problèmes et de leurs mal-être, cependant, 36% d’entre eux préfèrent s’isoler. Sans compter qu’ils devront travailler pour payer leur loyer, les révisions ne leur laissent pas le temps de souffler.

Laisser un commentaire