« Ni vu ni connu » : voyage au cœur de l’Afrique de l’Apartheid

Jean-Yves Ollivier, homme d’affaires engagé contre le régime ségrégationniste sud-africain resté longtemps dans l’ombre, nous livre aujourd’hui son expérience de « diplomate parallèle » dans une autobiographie passionnante. Entre manœuvres diplomatiques, complots et tractations secrètes, « Ni vu ni connu » est un voyage au cœur même de l’Afrique en guerre.

Jean-Yves Ollivier est un quasi-inconnu en France. Pourtant, en Afrique, son nom est intimement lié aux événements encore récents du continent. Reconnu comme l’un des plus fervents opposants au régime de l’Apartheid sud-africain, il s’est engagé en parallèle de son métier de négociant en pétrole pour la libération de Nelson Mandela et la chute du régime ségrégationniste. Ce livre revient sur son expérience sur le continent noir qu’il a appris à aimer comme sa propre patrie et qu’il connait peut-être mieux que la plupart des diplomates officiels.

Sa connaissance du terrain et sa proximité avec les puissants chefs d’Etat africains furent peut-être ses plus grands avantages. Approché par la diplomatie française, Jean-Yves Ollivier n’a cependant juré allégeance à personne, sauf peut-être à son idéal de justice et de fraternité en Afrique du Sud. Dans ce livre, ce businessman hors-du-commun évoque pêle-mêle la libération des otages au Liban, l’organisation de la conférence de Kalahari, prélude à la libération de Nelson Mandela et à la chute du régime d’Apartheid, ou encore ses relations avec les présidents et militaires africains. La puissance financière de Jean-Yves Ollivier et son habileté diplomatique ont en effet fait de lui un homme influent à qui les bureaux présidentiels sont toujours ouverts. Mais lui a choisi de mettre cette puissance au service d’un idéal.

Dans cette autobiographie, peu de scènes d’action ou de révélations compromettantes sur les manières parfois peu délicates de la diplomatie française en Afrique. Jean-Yves Ollivier a voulu avant tout écrire un livre « humain ». Il évoque ainsi sans fard, simplement, ses relations avec les acteurs de la lutte contre l’Apartheid, comme son grand ami Sassou NGuesso, l’ancien président congolais et farouche opposant à l’Apartheid. On croisera aussi dans ce livre les noms et l’histoire intime de ceux qui ont fait l’Histoire, ceux que l’on ne peut pas oublier, à commencer par Nelson Mandela.

Laisser un commentaire