Accusé d’injures publiques, Bob Dylan bénéficie d’un Non-lieu

Après la plainte d’une association croate, Bob Dylan avait été mis en examen à Paris en novembre pour « complicité d’injures publiques » et « provocation à la haine » pour des propos tenus dans une interview dans la version française du magazine Rolling Stone. Il a bénéficié d’un non-lieu ce mardi 15 avril.

En décembre 2012, le chanteur Bob Dylan était mis en examen pour « complicité d’injures publiques » à la suite d’une interview publiée dans le Rolling Stone français. La phrase à l’origine de l’accusation est : «si vous avez du Ku Kux Klan dans le sang, les Noirs peuvent le sentir, même encore aujourd’hui. Tout comme les juifs peuvent sentir le sang nazi et les Serbes le sang croate.»

Le Conseil représentatif de la communauté et des institutions croates de France (CRICCF) a été choqué par cette déclaration, où il voyait un parallèle entre le peuple croate et le régime nazi. Sans attendre, le CRICCF avait porté plainte contre Bob Dylan et s’était donc constitué partie civile.

Le procès, qui se déroulait à Paris, s’est conclu sur un Non-lieu, a annoncé Maître Thierry Marembert, l’avocat de Bob Dylan. Le chanteur aurait donné son accord pour que l’interview paraisse dans la version américaine du magazine, mais pas pour sa traduction française. Le directeur de publication de l’édition française de Rolling Stone risque alors d’être envoyé en correctionnelle, accusé d’ « injures publiques » et « provocation à la haine ».

Crédit photo : Xavier Badosa

Laisser un commentaire