lauvergeon
Affaire Areva : où va la Justice ?

Alors que l’ensemble des parties prenantes a retiré ses plaintes (à commencer par Anne Lauvergeon et son époux, qui étaient les instigateurs de l’affaire), le parquet tarde à rendre une ordonnance de non lieu dans l’affaire Areva-Uramin. Une situation handicapante pour la filière nucléaire française…

Dans le contexte mouvementé de son éviction de la tête d’Areva, Anne lauvergeon avait choisi une stratégie très offensive, en portant sur la place médiatique ses désaccords avec son ancien employeur, et en n’hésitant pas à donner un tour judiciaire au bras de fer qui l’opposait à son successeur.
Les mois ayant passés, et les compromis ayant été manifestement trouvés, Atomic Anne et les autres interlocuteurs ont signé la paix des braves sur ce dossier dont les fondements étaient, au demeurant, fragiles, et qui n’arrangeait réellement personne. L’objectif : que tout le monde puisse se remettre sereinement au travail, afin de prendre les parts de marchés nécessaires à l’étranger sur les appels d’offres en court.

Mais c’était sans compter sur l’inertie du parquet, qui n’a toujours pas rendu les ordonnances de non lieu qui s’imposent désormais. Certes, l’action publique ne s’éteint pas avec le retrait des parties civiles, mais on imagine mal une issue différente faute de plaignant.
Pendant ce temps, l’état major d’Areva consume une énergie (sans mauvais jeu de mot) précieuse à continuer à suivre le dossier, alors que ses priorités devraient être autres. Le bon moment pour siffler la fin de la récrée ?

Laisser un commentaire