Nucléaire : la France renforce la durée de vie de ses réacteurs

Lors de son dernier Comité Centrale d’Entreprise, EDF a présenté ses actions pour améliorer la sûreté de ses installations. Après la catastrophe de Fukushima, le législateur a souhaité renforcer les installations avec de nouveaux dispositifs. La dernière réunion du groupe a donc été l’occasion de présenter ce plan de travaux, évalué à 50 milliards d’euros.

Comme bien souvent, ce sont les questions de timing qui vont être déterminantes pour l’energéticien. En effet, il souhaite accroître la disponibilité de ses centrales afin de retrouver des performances comparables à celle de 2005. Or, dans un même temps, le groupe devra faire face à un pic de charge du volume de travaux sur la période 2017/2022.

D’autant plus que les travaux devront être réalisés avant la fin de la visite décennale, soit en 2018 pour la première d’entre elle.

Toujours avec l’objectif de renforcer le taux de disponibilité de ses installations, EDF s’apprête à recruter 7500 salariés. Avec l’ensemble de ces mesures, l’entreprise française espère pouvoir allonger la durée de vie de ses installations, passant alors de 40 à 60 ans.

Le montant des opérations devrait se chiffrer 100 milliards d’euros sur une période de 10 ans et pourrait être réévalué à la hausse dans l’éventualité où l’Autorité de Sûreté Nucléaire souhaiterait adopter des mesures complémentaires.

On compte aujourd’hui 58 réacteurs sur le territoire national, dont EDF est chargé de l’exploitation.

Laisser un commentaire