Pose du dôme de l’EPR de Flamanville

Le chantier de Flamanville franchit un nouveau palier avec la pose d’un dome d’acier de 43 mètres de diamètre pesant 260 tonnes. Pour l’occasion plus de 400 personnes étaient présentes afin d’admirer l’excellence industrielle et la maîtrise technologique des énergéticiens français. Première réalisation du modèle sur le territoire national, il permet notamment d’apercevoir la forme que pourrait prendre la modernisation du parc nucléaire.

Les opérations ont débuté le 16 juillet, elles ont été possibles uniquement grâce aux bonnes conditions climatiques indispensables à la réalisation minutieuse de la manœuvre. Le processus nécessitera plusieurs interventions et ne sera finalisé que lorsque la soudure aura été effectuée.

Avec cette étape, c’est l’accomplissement de 95% des travaux de génie civil. De ce fait, le conseil d’administration du groupe réunit le 29 juillet sous la présidence de Henri Proglio évoque « les belles avancées » de leurs « projets industriels ». La mise en route de la centrale pourrait intervenir à la fin de la construction en 2016.

L’EPR doit être considéré comme un outil au service de nos objectifs de développement durable, en effet il assure la production d’une énergie qui est conciliable avec la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre. Par ailleurs, il consacre la synergie entre des grands industriels français, EDF assurera l’exploitation, tandis qu’AREVA s’est chargé de la conception du dôme, et que Bouygues réalise le gros œuvre sur le site.

Les performances du réacteur sont impressionnantes, il pourra atteindre 1650 MW de puissance et servira à approvisionner 1,5 millions de personnes en électricité. Dans le monde, seules la centrale finlandaise d’Olkiluoto et les installations chinoises  de Taïshan peuvent prétendre à de telles capacités.

Laisser un commentaire