Accro au café : maintenant, c’est une maladie mentale

le DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), qui recense les différentes maladies et troubles mentaux, a inscrit dans sa dernière édition le trouble de « l’addiction au café ».

L’addiction au café commence quand l’ingestion de caféine dépasse les 250mg quotidiens, ce qui représente environ deux ou trois tasses de breuvage.

Le café agit sur le corps comme n’importe quelle autre drogue. Dès que les effets de la dernière tasse commencent à s’amenuiser, le corps se fatigue à nouveau, l’attention baisse, ainsi que l’humeur. La seule façon de retrouver des effets positifs sont de reprendre un shoot de caféine.

Les symptômes d’une trop grande ingestion de caféine sont : la fébrilité, la nervosité, l’insomnie, les palpitations … Pas étonnant quand on sait que le café augmente la pression sanguine, et influe sur la respiration (une respiration trop saccadée due à la caféine rend plus irritable et plus nerveux).

A ce stade, il faut faire un véritable sevrage au café. Et attention aux effets du manque ! Maux de tête, troubles de la concentration, mauvaise humeur, nausées …

Cependant, cet ajout est controversé : le café serait-elle une drogue trop douce pour avoir de véritables accros ?

 

 

 

Laisser un commentaire