Gifle et fessée : la campagne choc de la Fondation pour l’Enfance

Une campagne télévisée de la Fondation pour l’Enfance qui sera diffusée à partir de samedi prochain pointe du doigt les châtiments corporels infligés aux enfants par les adultes.

La campagne montre une scène de la vie quotidienne : une mère au téléphone, un petit garçon qui fait du bruit en jouant à table avec sa petite voiture, la mère qui s’énerve et le gifle.

La gifle est ensuite remontrée aux téléspectateurs au ralenti pour visualiser la puissance du choc sur l’enfant. Le spot se conclut avec le slogan suivant : « Une petite gifle pour vous. Une grosse claque pour lui. »

La Fondation pour l’Enfance estime que 50% des parents frapperaient leur enfant avant même qu’ils n’aient deux ans.

Pour certains parents la gifle se veut « éducative ». Mais les conséquences d’un tel acte peuvent être lourdes pour l’enfant. Au-delà des blessures et de la douleur physique, c’est la santé morale de l’enfant qui est attaquée. L’enfant peut devenir méfiant envers les adultes et ne plus se sentir en sécurité.

« Toute violence envers nos enfants peut avoir des conséquences sur leur santé physique et psychologique » souligne le coordinateur de la campagne, le docteur Gilles Lazimi.

La Suède a interdit les châtiments corporels envers les enfants dès 1979. La plupart des pays développés en ont fait de même, mis à part les Etats-Unis, le Canada et… la France.

Selon vous, faut-il qu’une loi interdise la gifle et la fessée ?

Une réponse à Gifle et fessée : la campagne choc de la Fondation pour l’Enfance

  1. RIDICULE ! Des fessées tout le monde en a pris et personne n’en est mort sauf bien sur en cas de violence avérée sur des enfants ce qui n’a aucun rapport! Mais je suppose que tout les petits délinquants de quartier qui font des bétises à répétition dans les cités de france n’ont pas du en prendre une depuis bien longtemps et pourtant ils en auraient bien besoin!

    dolly

Laisser un commentaire