Après le Qwery et l’Azety, place au Kalq!

Il faut bien l’avouer, taper sur son smartphone avec les pouces, sur un clavier à l’origine conçu pour être utilisé par tous les doigts des deux mains, est assez peu pratique. Qu’à cela ne tienne, une nouvelle façon de disposer les lettres vient d’être inventée : le Kalq.

Le design du clavier est en effet conçu spécialement pour être utilisé par deux pouces. L’objectif est de multiplier le nombre de fois où on alterne les pouces, et de minimiser la distance qu’ils ont à parcourir.

Ainsi, toutes les voyelles (à part le y) seront disposées dans un carré à droite de l’écran. Les autres lettres seront donc contrôlées par le pouce gauche. Il n’y a pas de barre d’espace, mais un vide qui sépare les deux blocs. Les lettres sont aussi disposées de façon à écrire plus vite, en mettant celles qui sont peu utilisées, comme le Q ou le K, ans des zones moins accessibles.

Les chercheurs ont testé ce nouveau clavier. Au début, les résultats sont plutôt laborieux. Par contre, dès que l’utilisateur est un peu expérimenté (une heure d’exercice par jour pendant deux semaines), il tape beaucoup plus vite : la moyenne passe de 27,7 mots par minute en Qwerty, à 37,7 pour Kalq.

Il sera présenté le 1er mai prochain à Paris, dans une conférence sur l’interaction homme-machine.

Plus rapide, plus intuitif (on tape en effet naturellement avec les pouces de façon simultanée), le clavier sera adaptable pour les gauchers, et en plusieurs langues.

On a quand même du mal à croire qu’il ait fallu attendre mai 2013 pour qu’un clavier spécifique pour smartphone soit disponible sous Androïd.

 

Laisser un commentaire