Une étude médicale incite à péter dans l’avion

Le thème de cette étude en gastroentérologie publiée vendredi dernier peut prêter à sourire. C’est pourtant très sérieusement que 5 médecins danois et britanniques affirment que retenir ses flatulences dans un avion pour ne pas déranger les autres passagers est mauvais pour la santé.

Cette étude parue dans le New Zealand Medical Journal explique que se retenir de péter pendant un trajet aérien « présente de sérieux inconvénients pour l’individu : gêne physique, voire douleur, gonflement, indigestion, brûlures d’estomac… ».

« La concentration nécessaire pour se contrôler peut même être un facteur de stress conséquent » explique même les médecins. Il n’est donc pas question de se retenir selon eux. Un conseil d’autant plus valable pour les pilotes dont la perte de concentration liée à une flatulence contenue trop longtemps pourrait avoir des conséquences désastreuses.

Les auteurs de l’étude proposent aux compagnies aériennes d’installer des sièges dont les coussins sont remplis de charbon absorbant les odeurs. De même ils encouragent la distribution des couvertures en tissu absorbant qui permettraient à leurs utilisateurs de péter allègrement à l’abri des regards désapprobateurs (à condition que le bruit des pets soit respectable évidemment).

Fourmillant de renseignements croustillants, l’étude des  gastroentérologues révèle par exemple que les êtres humains pètent en moyenne dix fois par jour. Détail beaucoup plus embarrassant et à éviter de raconter lors d’un premier rendez-vous amoureux, l’odeur des pets des femmes est plus forte que celle des pets masculins…

Laisser un commentaire