Moscou : une loi interdit désormais aux Américains d’adopter des enfants russes

Le président Vladimir Poutine a promulgué la loi qui interdit aux Américains l’adoption d’enfants russes, suscitant l’indignation d’une partie de la société russe, ainsi que de « profonds regrets » à Washington.

Le 21 Décembre dernier, le Parlement russe avait adopté cette loi par une quasi-unanimité (420 députés pour, 7 contre et une abstention), provoquant l’inquiétude des orphelinats et la colère de la société civile, tant du côté russe qu’américain.

Suite à la validation de Vladimir Poutine, la loi est entrée en vigueur le 1er janvier 2013.

Ce texte a été voté en réponse à la « liste Magnitski », une loi adoptée précédemment par le Parlement américain. Elle interdit de séjour aux États-Unis et prévoit de geler les biens des responsables russes impliqués dans le décès en 2009 de l’avocat Sergueï Magnitski.

De son côté, Moscou a donné à cette nouvelle loi le nom de Dima Iakovlev, un enfant russe mort aux États-Unis en 2008, oublié par son père adoptif dans sa voiture en pleine chaleur. De nombreux autres cas d’enfants russes maltraités par leurs parents adoptifs américains ont été extrêmement médiatisés ces dernières années en Russie.

Selon les chiffres fournis par Pavel Astakhov, représentant du président pour les droits de l’enfant, 14 660 enfants russes ont été adoptés par des Américains entre 2008 et 2011. Suite à la promulgation de cette loi, 52 procédures d’adoption en cours ont été annulées. Les orphelins concernés seront finalement accueillis par des familles russes.

Nombre de responsables d’orphelinats russes ont exprimé leurs regrets, et reprochent la politisation de cette question. Les réactions de réprobation se multiplient, tant au niveau de la société civile et des ONG qu’au niveau politique. En Russie, le ministre de l’Éducation, Dmitri Livanov, ainsi que le ministre des Affaires Étrangères Sergueï Lavrov, ont exprimé leur désaccord face à cette loi : l’une des plus hostiles prises par Moscou envers les États-Unis depuis la Guerre froide.

Laisser un commentaire