Uruguay : l’État va contrôler la production de cannabis et le vendre

Dans un projet de loi unique au monde, le gouvernement uruguayen propose que l’État devienne vendeur de cannabis, mais aussi surveillant et évaluateur de la consommation.

Le Frente Amplio, la coalition au pouvoir, a présenté son projet de loi le 15 novembre dernier devant la Commission des Toxicomanies, à la Chambre des députés uruguayenne.

Par le biais de l’Institut National du Cannabis (INCA), l’Etat espère, selon les dispositions du projet de loi, octroyer des autorisations spéciales pour la culture individuelle du cannabis, mais également surveiller et évaluer les plantations.

Pour obtenir une licence leur permettant de produire du cannabis, les particuliers devront payer une cotisation à l’État. Ce dernier sera le seul autorisé à vendre cette plante.

Des récoltes maximales seront fixées pour les producteurs particuliers, et l’État prévoit des sanctions assorties de peines de prison pour quiconque dérogerait à cette règle.

L’objectif de ce projet de loi est de réduire la délinquance et de mieux informer la population sur les effets nocifs de la drogue. Un groupe de travail chargé d’analyser les effets de cette politique de dépénalisation sera également créé.

Une réponse à Uruguay : l’État va contrôler la production de cannabis et le vendre

  1. Attendons de voir les résultats. Si cela fonctionne nous aurons l’exemple et si non cela confortera la thèse des anti-depénalisations. Tout compte fait, je crois qu’il y aura forcement des abus et la question est de savoir si l’Etat Uruguyen aura vraiment les moyens de la régulation

    IBELCASTELLANO

Laisser un commentaire