Elle se soulageait sexuellement avec des os humains
Une suédoise est poursuivie par la justice de son pays pour « violation du repos des morts ». Le terme violation est ici d’autant plus approprié que cette femme, une chômeuse de 37 ans, se servaient d’ossements humains pour des jeux sexuels.

Six crânes humains, ainsi qu’une colonne vertébrale et de multiples autre os ont été retrouvés dans son appartement. Elle risque aujourd’hui deux ans d’emprisonnement.

Les enquêteurs ont présenté plusieurs pièces à la justice dont deux CD trouvés dans son appartement qui portent respectivement les inscriptions « Ma nécrophilie » et « Ma première expérience ».

Ils ont également retrouvé chez elle des photos d’une morgue et des sacs mortuaires. L’accusée, qui détenait le code d’accès à une morgue, est également soupçonnée d’avoir voulu voler un cadavre, mais elle ne sera pas poursuivie pour ces intentions.

La suédoise a affirmé qu’elle possédait des os par intérêt pour l’archéologie et pour l’histoire. Elle avait commencé à reconstituer un squelette sur son plancher (photo) et a expliqué qu’elle avait parfaitement le droit de vivre avec un squelette.

Mais celle qui avait un petit copain au moment des faits a sûrement eu plus de mal à justifier ces quelques mots écrits sur un forum Internet : « Je désire un homme comme il est, qu’il soit mort ou vivant. Il me permet de trouver le bonheur sexuel ».

Laisser un commentaire