Licenciements PSA Peugeot Citroën : un an de mensonges ?

Le groupe PSA Peugeot Citroën vient d’annoncer le licenciement de 8.000 personnes en France et l’arrêt de l’usine d’Aulnay-sous-Bois. Pourtant il y a juste un an, les dirigeants politiques et le groupe industriel assuraient que PSA ne supprimerait pas d’emplois. Retour sur ces déclarations… mensongères?

En juin 2011, la CGT parvient à se procurer un document annonçant l’éventuelle fermeture des sites d’Aulnay et de Sevelnord. Suite à ce scandale, Eric Besson, alors ministre de l’industrie, et Phillipe Varin, président de PSA, y vont tout deux de leurs déclarations rassurantes.

Pourtant fin octobre, une nouvelle polémique éclate. PSA annonce un plan d’économie européen et une réduction d’effectifs. Et là encore Eric Besson joue les pompiers de service. « Phillipe Varin m’a confirmé qu’aucun plan de licenciement ou de départs volontaires n’était envisagé à ce jour… La présence industrielle de PSA en France, et notamment à Aulnay et Sevelnord, n’est pas remise en cause ».

Besson tient le même discours le 16 novembre : « Il n’y a pas de plan social. PSA ne prévoit aucun licenciement ni aucun plan de départ volontaire ». Une déclaration confirmée par Nicolas Sarkozy lui-même.

Le dossier est ensuite seulement évoqué à nouveau en février au moment de l’annonce du partenariat économique entre PSA et General Motors. A nouveau les discours se veulent rassurant. Jusqu’ici tout allait bien donc. Enfin jusqu’à cette triste annonce du 12 juillet qui tombe comme un couperet.

Laisser un commentaire