Le club échangiste des Chandelles fermé pour un mois

La rue Thérèse du 1er arrondissement de Paris fera grise mine jusqu’au 23 Février. Le club échangiste le plus connu de Paris, fréquenté par de nombreuses personnalités, est sous le coup d’une fermeture administrative dans le cadre d’une enquête pour proxénétisme.

            L’arrêté de fermeture administrative a été signé par Michel Gaudin, préfet de police de Paris, suite à la mise en examen pour proxénétisme aggravé début décembre de l’ancien international algérien du RC Paris et de Lyon, Alim Ben Mabrouk.          Le lien entre Mabrouk et les Chandelles a été fait lorsque les investigations ont permis d’établir avec certitude que l’ancien footballeur fréquentait plusieurs fois par semaine le club échangiste, en s’y rendant avec des prostituées. Il est soupçonné d’avoir fait travailler les femmes dans ce club. Les propos des employés du club vont dans le sens des soupçons de la police : Certains d’entre eux affirment avoir prévenu la direction de ces pratiques. Mais cette fameuse direction a tout nié en bloc face aux enquêteurs.

            Le site des Chandelles était accessible jusqu’au 24 Janvier au matin, mais n’affichait ensuite qu’un message certainement rédigé par la directrice de l’établissement : «  Merci à tous pour vos très nombreux messages de soutien. (…) Fêtons le libertinage, soyons heureux de savourer la douce liberté de batifoler dans le respect de nos désirs et de notre partenaire de jeu, et soyons ravis d’être élus comme les Libertés élégants et raffinés. A mes douces Belles de Nuit, je vous invite à vivre vos fantasmes les plus fous, vos désirs brûlants librement comme les hommes l’ont toujours fait ».

Laisser un commentaire