Des singes cobayes sur le site de Fukushima !

Des scientifiques de l’université de Fukushima ont eu l’idée d’équiper des sangliers et des macaques japonais de… GPS et de dosimètres. Ces dispositifs ont pour but de mesurer la radioactivité dans les zones contaminées inaccessibles afin d’obtenir une cartographie précise des zones irradiées, situées pour certaines à plusieurs kilomètres de la centrale dévastée par le tsunami meurtrier du 11 mars 2011.

Cette initiative a été prise par l’université dont le vice-président, le professeur Takayuki Takahashi, explique que  «Le fait d’utiliser ces animaux sauvages nous permettra d’établir une carte précise des niveaux de radiation au cœur des forêts qui couvrent 71% de la préfecture de Fukushima et sont parfois difficilement accessibles». En effet, l’enjeu est de taille, ces forêts sont les principales sources de bois, d’eau et de nourriture dans la région.

Une première tentative avait été faite à proximité de la zone d’exclusion de 20 kilomètres autour de la centrale nucléaire. Malheureusement, les données des bracelets électroniques des mille singes équipés n’avaient pas pu être récupérées par les scientifiques. L’expérience sera donc renouvelée en vue de meilleurs résultats.

Laisser un commentaire