JO de Londres : la pollution, un problème pour les athlètes

Les médecins s’inquiètent, à six mois du début des Jeux olympiques de Londres, de la pollution atmosphérique dans la capitale britannique.

Selon The Independent, celle-ci pourrait être néfaste aux poumons des athlètes, qui sont beaucoup plus exposés pendant l’effort aux particules fines, au dioxyde d’azote et à l’ozone qu’une personne sédentaire.

Les niveaux de pollution à Londres dépassent régulièrement les limites fixées par l’Union européenne, en particulier pour le dioxyde d’azote (NO2) pour lequel la capitale britannique atteint des records. Durant l’été, les concentrations augmentent souvent sous l’effet de la chaleur et les experts craignent que l’ozone et le dioxyde d’azote ne stagnent au dessus du stade olympique sous le soleil estival…

Seule solution selon certains : bannir les véhicules polluants de la ville olympique, comme cela avait été fait pour les JO de Pékin.  Mais le maire de Londres, Boris Johnson, n’a pas annoncé de mesure particulière de réduction des émissions atmosphériques

Laisser un commentaire