Cancer de la prostate : recherche de nouveaux traitements

La résistance de certains cancers qui entrainent la castration des sujets emmène les scientifiques à chercher d’autres solutions pour traiter la maladie.

Le cancer de la prostate est de loin celui qui affecte le plus les hommes avec 70 000 nouveaux cas par an. Il  est aussi la deuxième cause de mortalité chez les hommes.Ce mal se développe très souvent sans symptômes apparents et ce n’est qu’à un stade avancé qu’il est détecté. Il peut être totalement soigné s’il se limite seulement à la prostate. Sinon, les chances de guérison totales ne sont pas aussi élevées.

Le traitement du cancer de la prostate dépend de l’âge du patient et de la présence de la métastase. Si la maladie est avancée ou s’il y a présence de métastase, le traitement est purement hormonal.

Ce traitement agit directement sur le cancer en début de formation. Si ce dernier est à un stade avancé, le traitement pourrait s’avérer inefficace.

Ce qui occasionne des résistances qui finissent souvent avec la castration chimique du patient. Dans la plupart des cas, il arrive que les cellules atteintes parviennent à résister même à la castration.

Dans de pareils cas, le médecin doit effectuer un bilan général pour détecter d’éventuelles métastases et évaluer le risque de décès du patient généralement en fonction de la réapparition des récidives ou de leurs fréquences.

Ces cas de récidives ont emmené les scientifiques à chercher d’autres traitement plus appropriés qui offrent des alternatives plus souples à la chimiothérapie.

Trois molécules ont donc été développées. Ces molécules pour l’instant  luttent contre les résistances post castration mais à terme, les tendances pourraient être renversées et elles seront utilisées plutôt avant la castration.

Laisser un commentaire